Le gouvernement fixe la nouvelle architecture de l’apprentissage autour de 20 mesures concrètes

Très attendu sur la future réforme de l’apprentissage, le gouvernement a annoncé vendredi 9 février les grands axes stratégiques ainsi que 20 mesures concrètes pour les apprentis et les entreprises. Entouré des ministres du Travail, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, le premier d’entre eux Édouard Philippe a rappelé les trois principes directeurs du nouveau système d’apprentissage: «~donner au monde professionnel une place centrale dans le contenu et le financement, libérer l’offre en gardant une logique d’aménagement du territoire et renforcer son attractivité auprès des jeunes et des entreprises~». Parmi les mesures phare, le financement au contrat, une aide et une contribution uniques, la co-écriture des diplômes professionnels entre les partenaires sociaux et l’État et une revalorisation des salaires des jeunes apprentis de 30 euros net par mois.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 12 février 2018.

C'est dans ce cadre que les partenaires sociaux négocieront la partie alternance de la réforme de la formation professionnelle. Le gouvernement a notamment tranché les questions de gouvernance et de financement. Simplification pour les entreprises Dix mesures s'attaquent à la complexité du système souvent dénoncée par les entreprises. Sont ainsi prévues une aide unique fléchée vers les TPE et PME de moins de 250 salariés qui remplacera les trois aides à l'embauche et le crédit d'impôt actuellement en place et la suppression du passage obligatoire et préalable devant les prud'hommes pour rompre un contrat d'apprentissage après 45 jours. Les réglementations…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform