« Le projet de loi avenir professionnel, un effort substantiel de solidarité pour accompagner les plus faibles » (Fadila Khattabi, députée LREM)

Députée La République en marche de Côte-d’Or, membre de la commission des affaires sociales, Fadila Khattabi participera activement à l’examen du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, à partir du 29 mai.
Les 22 et 23 mai, la commission des affaires sociales avait prévu d’auditionner les représentants des organisations patronales et syndicales, puis la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Quelques heures avant le début des auditions, la députée du groupe majoritaire a accordé un entretien au Quotidien de la formation.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 23 mai 2018.

Le Quotidien de la formation ~- Quels points saillants retirez-vous de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel ? Fadila Khattabi~- C’est un projet ambitieux, avec un financement à la hauteur. Avec le plan d’investissement dans les compétences (Pic), c’est la première fois qu’une enveloppe est dédiée aux plus vulnérables, à savoir les jeunes et les demandeurs d’emploi. Dans la même veine, le compte personnel de formation (CPF) accompagne les plus faibles~: les moins diplômés bénéficieront de 800 euros par an pour se former, et les travailleurs à temps partiel – souvent des femmes et des personnes…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters