Des blocs de compétences bancaires pour professionnaliser les cursus universitaires

Par - Le 01 juin 2011.

« Notre rôle est de faire en sorte que les personnes soient opérationnelles dans leur métier. En France, il y a 30 000 recrutements par an sur l’ensemble des établissements bancaires », a signalé Alain Simon, responsable des cycles qualifiants et de la certification du Centre de formation de la profession bancaire (CFPB). Il intervenait dans le cadre des Rencontres universités entreprises, organisées par l’AEF (Agence éducation formation) les 25 et 26 mai derniers à Paris. Par rapport au sujet abordé, « Professionnalisation des formations : la réponse à l’insertion des diplômés et aux besoins des entreprises ? » ; Alain Simon a souligné : « Nous sommes partis d’un constat, à savoir le difficile repérage des 300 masters universitaires qui touchent au domaine de la finance et mal positionnés pour déboucher sur un métier bancaire ».

Et de poursuivre : « Notre profession recrute en effet des conseillers clientèle en gestion de patrimoine, des gestionnaires de conformité… Nous avons construit avec la profession bancaire un référentiel métiers, puis un référentiel de compétences, élaboré par un comité métiers composé de professionnels de grands groupes bancaires et la profession via le CFPB. Ensuite des cursus de formation ont été réalisés sous la forme de blocs de compétences techniques et relationnelles indispensables à la maîtrise du métier visé ».

banque_2_v2.jpgLe CFPB propose à ses partenaires de l’enseignement supérieur d’intégrer ces blocs de compétences à certains cursus (masters) pour les professionnaliser, en les adaptant si nécessaire. Cette démarche repose sur un « protocole d’orientation pour faciliter et organiser les relations entre les établissements d’enseignement supérieur et l’industrie bancaire », signé le 25 juin 2009 par Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur, et Ariane Obolensky, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF). « L’objectif du protocole étant notamment de développer notre partenariat avec les universités de manière à ce qu’un ensemble de masters soit accessible par l’alternance dans une perspective de recrutement des jeunes par le secteur bancaire », a précisé Alain Simon.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters