Acte III de la décentralisation : les Carif-Oref en bonne position pour accompagner les régions dans le développement de leurs compétences (Vincent Merle)

« Nous n’avons pas besoin d’attendre l’acte III de la décentralisation pour commencer à repenser notre rôle. Nous savons de toute manière que les compétences des régions vont être accrues, notamment en ce qui concerne la carte des formations ou encore l’orientation. Or, cela appelle une expertise renforcée, et celle-ci est portée principalement aujourd’hui par les Carif et les Oref. » C’est ce que déclare Vincent Merle, président du Réseau des Carif-Oref (RCO) au Quotidien de la formation, en marge des rencontres organisées par le réseau du 26 au 28 septembre 2012 sur le thème « la prospective en perspective ».

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 02 octobre 2012.

Selon lui, les Carif et les Oref font partie des rares institutions permettant de faire « un trait d’union entre l’État et les régions ». Interrogé sur l’impact de la décentralisation sur le rôle de ces institutions, il répond : « Ce sont des lieux qui permettent de dialoguer sans être sous la pression de querelles de territoire et demain, cela sera encore plus utile d’aujourd’hui... » Une opinion partagée par Janine Loïdi, conseillère régionale à la région Midi-Pyrénées, et par ailleurs présidente du Carif-Oref : « La décentralisation va avoir pour conséquence de développer les compétences des Carif-Oref, qui sont les bras armés des régions en…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur