Arnaud Montebourg annonce la mise en œuvre d’un Plan automobile pour le redressement de la filière

Par - Le 26 juillet 2012.

arnaud_montebourg_v1.jpg

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a présenté le 25 juillet dernier plusieurs leviers d’action pour le « redressement de la filière automobile ». Dans un communiqué, Arnaud Montebourg rappelle, dans un premier temps, que « l’emploi dans l’industrie automobile a reculé de 30 % en 10 ans ». En outre, indique-t-il, « dans un marché en repli, le groupe PSA vient d’annoncer d’importantes suppressions d’emplois, véritable choc pour notre pays. Il y a urgence à prendre les mesures nécessaires au rebond de la filière ». Dans ce contexte, le dialogue social doit être mis au service de la sécurisation durable de l’emploi et des sites industriels de la filière. « Il convient d’anticiper le plus en amont possible les évolutions de l’emploi et des compétences. Le gouvernement encourage les partenaires sociaux à engager un dialogue social exemplaire en vue de la pérennisation des emplois de ce secteur. Ce dialogue prendra en compte les orientations issues de la Grande Conférence sociale », a annoncé le ministre. Dans le cadre de ce « Plan automobile », le gouvernement entend agir, en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la filière automobile, « pour soutenir rapidement les salariés affectés par les difficultés de la filière et plus largement sécuriser l’emploi et les parcours professionnels ». A court terme, il mobilisera « tous les outils de la politique de l’emploi pour éviter les suppressions d’emploi » et, à défaut de les éviter, il s’agira d’« accompagner au mieux les salariés (plan de formation, activité partielle, FNE formation, Contrat de sécurisation professionnelle) ». Par ailleurs, « le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation sera également sollicité pour favoriser la mobilité professionnelle des salariés du secteur, en veillant à ce que les procédures permettent une mobilisation rapide des crédits, notamment pour les PME ».

Le gouvernement s’engage également à favoriser une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) « cohérente avec les orientations stratégiques et industrielles de la filière, de la fabrication à l’entretien des véhicules ». Cela se traduira par les mesures suivantes : appui aux entreprises (notamment les petites, dans l’élaboration d’une politique RH) ; insertion des jeunes dans l’emploi de la filière ; développement des compétences pour s’adapter aux métiers de demain ; développement de la diversification de l’activité des sous-traitants vers d’autres secteurs que l’automobile et construction de passerelles professionnelles au sein de la filière ou vers d’autres métiers ; et engagement d’une démarche emplois-compétences avec la filière Services automobiles en vue notamment de favoriser l’insertion des jeunes dans l’emploi et le maintien des seniors. Le gouvernement proposera aux partenaires sociaux d’inscrire ces orientations dans une charte automobile 2012-2015. « Le Fonds social européen pourra être mobilisé pour démultiplier la portée de cette action d’anticipation et de sécurisation des salariés », prévoit également le « Plan automobile ».

Les Régions seront des partenaires essentiels pour la mise en œuvre de ce plan dans les territoires. « Les collectivités locales, et notamment les Régions, ont un rôle majeur à jouer dans le rebond de la filière : développement économique et appui aux PME, soutien à l’innovation dans le cadre des pôles de compétitivité, action en faveur de la formation professionnelle, mobilisation pour le déploiement de bornes de recharge pour les véhicules électriques ». L’émergence de nouveaux emplois passera aussi par « la création d’une véritable filière française de la déconstruction et du recyclage automobile ».

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform