Les syndicats de l’Afpa déçus par la réponse du gouvernement à la forte mobilisation des salariés

Par - Le 26 novembre 2012.

Entre 2 000 et 3 000 salariés et stagiaires de l’Afpa, selon les sources, ont manifesté jeudi 22 novembre à Paris à l’appel des six organisations syndicales de l’Association (CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO et Sud) pour rappeler au gouvernement que l’organisme de formation se trouve en grande difficulté, son déficit devant être de 75 millions d’euros en fin d’année.
manif_afpa_22_novembre_2012_article.jpg
«Une mobilisation très forte qui a rassemblé pratiquement un tiers des salariés, ce n’est pas rien ! » a déclaré, satisfait, Jacques Coudsi, secrétaire général de la CGT au Quotidien de la formation.

« Un niveau rarement atteint à l’Afpa, surtout pour une manifestation liée à la défense de l’Association et non à des revendications catégorielles » a renchéri Alain Guillemot, son homologue de la CFDT-FPA. Surtout que, pour ceux qui ne pouvaient battre le pavé de Paris, le mot d’ordre de grève lancé pour le jour même a lui aussi été fortement suivi : 55 à 65 % des salariés selon les organisateurs, 51,8 % [ 1 ]taux calculé sur les salariés, ni en RTT, ni en congés, mais réellement présents ce jour là pour la direction, qui concède d’autre part qu’en régions Centre, Poitou-Charentes et Aquitaine la fourchette haute a été atteinte.

En revanche la déception est forte à l’issue de la réunion à Matignon où une délégation syndicale a rencontré Christophe Devys et Mireille Le Corre, conseillers de Jean-Marc Ayrault ainsi que Christian Ville, directeur de cabinet de Thierry Repentin, ministre délégué à la Formation professionnelle et l’Apprentissage. «On est resté sur notre faim. On nous a assuré que l’Afpa serait soutenue et qu’on ne nous laisserait pas tomber. » concède Jacques Coudsi « Mais ceux qui nous ont reçus ne pouvaient pas nous donner de réponse concrète, notamment sur la recapitalisation de l’Afpa [ Yves Barou, le président de l’Afpa espère 200 millions d’euros (voir notre [article) [/footnote]. Nous avons insisté sur notre besoin d’activité, surtout avec 5 millions de chômeurs, et que l’on puisse entrer plus facilement en formation. » précise-t-il.

Même frustration chez son homologue de la CFDT : « Une grande déception. Nous avons encore eu des promesses, mais aucun engagement ni aucune mesure concrète. On nous a parlé des 200 millions d’euros qui sont difficiles à sortir, car ils n’étaient pas prévus dans le budget, alors que ce n’est pas une dépense de l’État, s’ils ont confiance en l’Afpa, c’est un placement! On nous a promis que tout serait résolu d’ici la fin de l’année, mais les promesses n’engagent que ceux qui les croient » conclut-il désabusé. Les organisations doivent se réunir la semaine prochaine pour envisager les suites à donner à leur action.

Notes   [ + ]

1. taux calculé sur les salariés, ni en RTT, ni en congés, mais réellement présents ce jour là

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters