PSA : le rapport Sartorius recommande le suivi personnalisé de chaque salarié concerné par le plan social

Par - Le 12 septembre 2012.

Emmanuel Sartorius, ingénieur général des Mines, a rendu le 11 septembre son rapport sur la situation du groupe PSA à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. Ses conclusions ont été présentées à l’occasion d’une réunion rassemblant des élus bretons et franciliens ainsi que les représentants syndicats du groupe et des fédérations de la métallurgie.

peugeot_article.jpg.jpg

Il estime que le plan présenté courant juillet était inévitable mais pointe les carences de la direction, notamment en matière d’anticipation et de dialogue social. Dans ce document, il regrette que l’entreprise « n’ait pas mené sur l’avenir des sites industriels une réflexion d’ensemble qui laisserait aujourd’hui davantage d’options pour faire face à la situation actuelle  ».

Pas de chômage partiel sur le site d’Aulnay-sous-bois

Emmanuel Sartorius constate notamment l’absence de recours au chômage partiel sur le site d’Aulnay, ce qui l’amène à « se poser la question de savoir si tout a bien été envisagé pour éviter  » [l’arrêt des activités de production], « dans l’attente d’embellie  ».

Il souligne également les difficultés de la direction à établir un vrai dialogue social sur la stratégie de l’entreprise avec les partenaires sociaux. « En l’absence d’une communication de la direction préparant une compréhension partagée des enjeux  », le personnel est dans l’expectative, « ce qui nourrit plus des anticipations négatives que la confiance dans l’avenir ». Les organisations syndicales témoignent pourtant « de leur engagement et de leur compréhension des défis » de l’entreprise.

S’agissant des emplois, Emmanuel Sartorius ne manque pas de rappeler les engagements de la direction : pas de licenciements secs sur les sites concernés. Et d’émettre quelques recommandations : « les mesures doivent être limitées strictement à ce qui est nécessaire au redressement de l’entreprise », « toutes les pistes doivent être explorées dans le cadre d’un dialogue social exemplaire mobilisant les partenaires sociaux autour de la défense de l’emploi ».

Un accompagnement personnalisé

Par ailleurs, les modalités de suivi des salariés « devront faire l’objet d’une attention particulière  », « chacun devra faire l’objet d’un accompagnement personnalisé, des questions pratiques comme celles du logement, des transports ou du travail des conjoints pour ceux qui accepteraient une mutation d’Aulnay à Poissy doivent trouver des solutions  ».

Le ministre du Redressement productif indique dans un communiqué qu’il invite la direction du groupe PSA à présenter « une stratégie de rebond durable ». Surtout, il répond favorablement à la demande des syndicats et des élus d’organiser des négociations tripartites. « L’objectif collectif doit être de réduire le nombre d’emplois menacés (…) et d’organiser une réindustrialisation concrète en cas de pertes d’emplois », assure le ministre.

La direction de PSA avait annoncé la suppression de 8 000 postes sur plusieurs usines en France, dont Aulnay-sous-Bois et Rennes. À l’occasion de la dernière réunion du comité d’entreprise le 25 juillet, les organisations syndicales ont demandé un rapport d’expertise sur le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) (voir article). Ce rapport réalisé par le cabinet Secafi devrait être rendu en novembre prochain.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters