« Nous voulons apporter des amendements et de la pondération sans remettre en question l’esprit du projet de loi » (Catherine Fournier, rapporteure au Sénat du projet de loi « avenir professionnel »)

Aujourd’hui débute au Sénat l’examen du projet de loi «~pour la liberté de choisir son avenir professionnel~» en séance publique. Catherine Fournier, sénatrice du Pas-de-Calais (Union centriste) et rapporteure du texte sur le volet formation professionnelle revient, pour Le Quotidien de la formation, sur le travail réalisé en commission des affaires sociales, l’état d’esprit des sénateurs et les sujets qu’ils veulent défendre.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 10 juillet 2018.

Le Quotidien de la formation ~- Que retenez-vous de l'examen du projet de loi en commission des affaires sociales ? Catherine Fournier~- Nous nous attendions à ce que certains sujets fassent débat. Au cours des auditions, la monétisation du compte personnel de formation et la place des Régions ont, sans surprise, suscité beaucoup de questions. Nous avons entendu les craintes des partenaires sociaux de voir la capacité financière du CPF diminuer en le créditant en euros. Nous avons également compris la détermination du gouvernement d'individualiser les droits à la formation des actifs. Mais nous pensons qu'il faut évaluer plus précisément…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters