credit_budimir_jevtic.jpg

Pacte de responsabilité : l’agriculture veut maintenir ses 43 300 contrats en alternance

Rédigé par . Publié le 31 mars 2015. Mis à jour le 12 mars 2019.

Les partenaires sociaux de l’agriculture ont conclu le 17 mars dernier, un accord national “pacte de responsabilité”, qui met l’accent sur l’emploi et l’alternance. “Les organisations syndicales de salariés et professionnelles agricoles estiment que les exploitations et entreprises agricoles, de par leur structure, sont particulièrement performantes dans l’accueil de ces publics — jeunes et chômeurs –. Deux voies sont particulièrement à privilégier : l’apprentissage et le contrat de professionnalisation.”

Le secteur s’engage donc à maintenir le nombre de contrats dans la branche, soit 41 300 contrats d’apprentissage qui devraient être signés par an sur la période 2015-2017, mais aussi 2 000 contrats de professionnalisation.

Par ailleurs, dans la limite des fonds disponibles de l’Opca compétent, les partenaires sociaux s’engagent à affiner les dispositifs d’insertion des demandeurs d’emploi, notamment en développant l’accès au Cif-CDD, avec l’objectif d’atteindre 500 bénéficiaires sur la période 2015-2017.

Développer la VAE et les CQP

De même, les signataires souhaitent sur cette période soutenir le développement de la validation des acquis de l’expérience et des certificats de qualification professionnelle. “À ce titre, le compte personnel de formation prévu dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle favorise l’évolution des compétences et des qualifications des salariés. Pour ce faire, les organisations syndicales de salariés et professionnelles agricoles chargent la CPNE [ 1 ] Commission paritaire nationale de l’emploi. d’établir la liste des formations éligibles sur le CPF et de la réactualiser”, précise l’accord.

Le secteur comptait 1,2 million de salariés en 2013 et l’accord prévoit de signer annuellement 35 000 CDI sur la période 2015-2017, ce qui représenterait une hausse de 5 % au regard des embauches des années passées.

Ni la CGT ni FO n’ont signé cet accord, qui ne prévoit pas d’engagement ferme et chiffré, et, comme il est précisé en préambule, indique que sa réussite “passe par le respect et la prise en compte de la réalité économique des entreprises”.

Notes   [ + ]

1. Commission paritaire nationale de l’emploi.

Centre Inffo vous conseille également