Pénibilité, réforme de la représentativité patronale… pourquoi l’Union professionnelle artisanale ne signe pas la position commune sur le compte personnel d’activité

Les patrons de l’artisanat persistent… et ne signent pas. Sur fond de querelle entre organisation d’employeurs sur la mesure de la représentativité patronale, l’Union professionnelle artisanale maintient son refus de parapher la position commune des partenaires sociaux sur le compte personnel d’activité (CPA). En cause, la présence, dans le futur dispositif, du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) « qui pénalise les TPE et PME », selon elle.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 25 février 2016.

La position commune sur le CPA continue à susciter l'embarras au sein des organisations patronales. Alors que le Medef et la CGPME hésitent toujours à apposer leur paraphe en bas du texte négocié le 8 février dernier (la CGPME devrait rendre son avis le 15 mars prochain ; le Medef n'a pour l'heure avancé aucune date), l'Union professionnelle artisanale a annoncé son refus de signer l'acte de naissance du compte personnel d'activité du fait de sa construction associant le compte personnel de formation (CPF) et – surtout – le compte personnel de prévention de la pénibilité. Un dispositif jugé trop difficile…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform