L’accompagnement des individus, facteur déterminant pour la réussite de la réforme de la formation

L’audition organisée le 16 mai par la commission des affaires sociales du Sénat a permis de faire émerger des points de vigilance et d’identifier des compléments à apporter au projet de loi qui va réformer la formation professionnelle et l’apprentissage. L’accompagnement des personnes et les possibilités d’abondement du compte personnel de formation en font partie.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 18 mai 2018.

Les sénateurs membres de la commission des affaires sociales auditionnaient mercredi 16 mai des représentants de l'Opca interprofessionnel Agefos-PME ainsi que le consultant Jean-Marie Luttringer. Leurs interventions ont mis en lumière plusieurs sujets sensibles. La rénovation du compte personnel de formation doit permettre d’accorder davantage d’autonomie aux individus dans l’évolution de leurs compétences. «~La formation n’est pas un produit qu’on achète sur étagère. Cela suppose un projet, une réflexion préalable~», rappelle Jean-Marie Luttringer. L’accompagnement sera donc déterminant, selon lui~: «~Si cette fonction n’est pas construite correctement, avec des moyens dédiés et du professionnalisme, il y a un risque réel d’échec…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters