« Tout le monde doit faire sa révolution copernicienne » (Alain Druelles, DGEFP)

Les dispositions prévues dans le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » vont bousculer tous les acteurs de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Mais tout n’est pas figé. Plusieurs points, notamment sur le plan de la gouvernance, font toujours l’objet de travaux et de discussions, a précisé Alain Druelles, de la délégation générale à l‘emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) lors d’une manifestation organisée, mardi 15 mai, par Centre Inffo.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 16 mai 2018.

Le projet de loi «~avenir professionnel~» dont l’examen va débuter en commissions des affaires sociales de l’Assemblée nationale le 29 mai, va avoir des répercussions sur tous les acteurs de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Et certains s’en alarment. À l’ouverture et à la clôture du 5ème rendez-vous du cycle «~Dessine-moi la réforme !~» organisé par Centre Inffo, le 15 mai, des délégations des Fongecif de France, de l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (Onisep) et des Centres d’information et d’orientation (CIO) sont venus exprimer leur inquiétude quant à leur avenir. La réforme va faire bouger…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor