digitalisation_formation_slider.jpg

Un grand « mercato » des compétences d’ici 2030 (Rapport Mc Kinsey/Viva Technology)

La dernière étude réalisée par le cabinet conseil Mc Kinsey pointe à nouveau l’urgence d’adapter notre système d’éducation et de formation professionnelle aux défis de l’automatisation et de l’intelligence artificielle.

Par - Le 29 mai 2018.

Présenté à l’ouverture du salon Viva Technology, jeudi 24 mai, le rapport tord le cou à l’idée que nous travaillerons moins en 2030. Le nombre d’heures travaillées aux Etats-Unis et dans 14 pays européens devrait même progresser d’environ 5%. En revanche, la cartographie des compétences les plus recherchées sera complètement revisitée. Les robots et les outils de l’intelligence artificielle effectueront un nombre toujours plus grand de tâches. Les compétences intellectuelles de base ainsi que les compétences physiques et manuelles devraient en conséquence reculer de respectivement 15% et 14%. Ce glissement concerne aujourd’hui près de la moitié des heures travaillées et de nombreux emplois — des conducteurs aux caissiers en passant par des postes administratifs à faible valeur ajoutée.

Compétences humaines

Alors que certaines compétences déclinent, la révolution digitale en exige de nouvelles qui seront cruciales pour la compétitivité des entreprises et la croissance économique d’un pays. Mc Kinsey en identifie trois : les compétences technologiques, les compétences intellectuelles élevées et les compétences sociales et émotionnelles. Sans surprise, les aptitudes technologiques connaîtront la plus forte hausse en nombre d’heures travaillées (+55%). Mais l’étude révèle également une augmentation significative des capacités sociales et émotionnelles (+24%). Ce champ recouvre l’entreprenariat, le management, la prise d’initiatives et le leadership. Enfin, les entreprises auront besoin de compétences liées à la créativité, la gestion de projet ou encore l’interprétation d’informations complexes (+8%). Mc Kinsey appelle cette nouvelle catégorie de travailleurs les « cols neufs ». En effet, cette redistribution née de la nouvelle révolution industrielle bouleverse le marché du travail et rompt avec la séparation classique des métiers entre cols blancs et cols bleus.

Requalification

Face à de telles transformations, le cabinet conseil alerte sur le risque d’un déséquilibre majeur. Pour éviter que ne se creusent les inégalités, Mc Kinsey appelle donc à engager « un effort ambitieux et concerté en vue de développer les compétences correspondant aux besoins des employeurs ». La formation initiale et professionnelle jouera donc un rôle déterminant dans les années qui viennent. La montée en compétences et des remises à niveau régulières devront accompagner le développement de la robotisation et de l’intelligence artificielle. Le cabinet conseil évalue entre 30% et 40% les activités qui seront profondément transformées et exigeront donc une requalification.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters