pierre_posseme3.jpg

Vers un label qualité pour le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels

Par - Le 12 janvier 2015.

La présidence du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) reste au Medef pour les dix-huit mois à venir, puisque Pierre Possémé, élu le 8 janvier à sa tête, succède à Éric Dumartin. À son agenda : le compte personnel de formation, le conseil en évolution professionnelle, la mise en place d’un système d’information commun pour tous les Fongecif, ou encore la recherche d’un label qualité. Rencontre.

Actualité de la formation.fr – À peine élu et déjà un agenda chargé…

Pierre Possémé – Des tâches importantes attendent le FPSPP. Le compte personnel de formation a démarré depuis début janvier, le conseil en évolution professionnelle également. Deux nouveaux dispositifs qui vont modifier les missions des Opca et des Fongecif. Sans compter, à un horizon plus lointain, la réforme territoriale qui va diminuer le nombre de Régions, ce qui aura un impact sur le nombre et l’organisation des Fongecif. Ce n’est pas pour tout de suite, mais c’est une question qui se posera sous cette présidence.

Concernant les Fongecif, justement, l’un des dossiers à l’agenda du FPSPP est celui de la mise en place d’un système commun d’information pour l’ensemble du réseau…

P. P. – C’est un dossier que j’ai commencé à suivre de près lorsque j’étais le coordinateur de la commission Cif du Fonds paritaire. En avril dernier, trois Fongecif (Alsace, Bretagne, Île-de-France) se sont associés dans un groupement d’intérêt économique (GIE) pour développer un système d’information commun. Les partenaires sociaux viennent de décider que ce serait ce système qui serait déployé auprès de l’ensemble des Fongecif.

Évidemment, l’harmonisation des bases de données ou des bibliothèques va demander du travail et du temps, mais la décision politique est prise. Les trois Fongecif engagés dans le GIE disposent d’un an et demi pour accorder leurs systèmes d’information et les autres viendront d’y adjoindre au fur et à mesure. Au total, l’ensemble du réseau devrait se voir doté d’un système commun dans quatre ou cinq ans.

Les partenaires sociaux et l’État discutent en ce moment les détails de l’annexe financière du Fonds paritaire pour l’année. Pouvez-vous nous en donner les orientations ?

P. P. – Pour l’instant, nous connaissons les grandes lignes de cette annexe, mais les orientations exactes et définitives n’ont pas encore été finalisées. Il faudra attendre encore un peu. Quoi qu’il en soit, l’orientation des budgets dépendra des décisions du Comité paritaire national de l’emploi et de formation professionnelle (Copanef) et de l’État. C’est évidemment le FPSPP qui lance les appels à projets, mais en fonction des orientations décidées par le Copanef.

Ce n’est pas l’avis de la CGT qui souhaite établir une nette distinction entre l’avis des partenaires sociaux en tant qu’organisations et l’avis du Copanef en tant qu’instance…

P. P. – Chacun défend ses conceptions en fonction de ses propres critères et la CGT a toujours été un partenaire de qualité. Il est nécessaire qu’il y ait débat en amont de toute prise de décision, mais une fois que celle-ci a été prise, il faut la respecter.

Il a été convenu que cette présidence confiée au Medef s’achève dans dix-huit mois avant de revenir à la partie syndicale. Cependant, craignez-vous que la réforme de la représentativité patronale, qui devrait voir le jour en 2017, ne suscite des frictions chez les représentants des employeurs ?

P. P. – Pour l’instant, nous ne sommes pas encore en 2017 et notre agenda pour 2015-2016 est très chargé. Le rôle du FPSPP, durant cette période, sera d’accompagner la réforme et, en tant que président de l’instance, je veillerai à ce que cette mission soit suivie. Ceci étant, au niveau du FPSPP, les relations du Medef avec la CGPME sont très bonnes, d’autant qu’à titre personnel, je viens du bâtiment, une fédération qui a toujours eu un pied chez l’un, un pied chez l’autre, même si la présidence que j’exerce est placée sous le mandat du Medef. Toutefois, aujourd’hui, les réunions du Fonds paritaire se tiennent dans le respect mutuel et la convivialité.

Vous avez occupé durant deux ans la présidence du GFC-BTP [ 1 ]Depuis le 1er janvier 2012, Constructys – Opca de la construction a pris le relais du Faf-Sab et du groupe “Opca Bâtiment – Opca Travaux publics – GFC-BTP – Aref-BTP”., puis celle d’Opca Bat durant sept ans, alors que Dominique Schott, le vice-président FO du Fonds, est, lui, l’ancien président d’Opcalia. Un exécutif issu du monde des Opca, est-ce une bonne chose pour le FPSPP ?

P. P. – Il est clair que ce parcours nous donne à tous deux une bonne connaissance du terrain et du fonctionnement des acteurs de la formation. J’ajoute que je suis moi-même un ancien Compagnon du Devoir et qu’à ce titre, je suis un pur produit de l’apprentissage et de la formation continue. Je sais que ce que le FPSPP peut apporter à nos concitoyens en termes de promotion sociale, de changement de carrière ou de reconversion. Mais la formation n’est pas non plus une fin en soi : je persiste à penser que ce qui crée l’emploi, c’est avant tout l’économie.

Quel premier chantier pour Philippe Dole, dont le recrutement au poste de directeur a été validé le 8 janvier dernier ?

P .P. – Le Fonds paritaire doit s’inscrire dans la recherche d’une démarche de qualité. Ce sera le premier dossier que je confierai à Philippe Dole dès sa prise de fonction le 2 février prochain. Nous allons enclencher les démarches avec l’Afnor pour entrer dans un processus Iso qui débouchera sur un label qualité pour le FPSPP. C’est extrêmement important et d’autant plus rassurant pour les services de l’État de savoir que nous disposerons d’outils pour travailler avec eux dans la clarté, dans la transparence et avec le souci de la bonne gestion.

Et dans l’immédiat ? Quel est le calendrier de la nouvelle équipe dirigeante ?

P. P. – Le FPSPP vient de se doter d’une nouvelle équipe dirigeante et d’un nouveau bureau. Nous nous sommes donné un trimestre pour être parfaitement opérationnels. Il est d’ailleurs prévu que le bureau du FPSPP se rencontre plus régulièrement qu’il ne le faisait auparavant. Dans l’immédiat, je dois rencontrer cette semaine le président du Copanef pour une première prise de contact.


Chef d’entreprise du secteur du bâtiment en retraite, Pierre Possémé, 62 ans, a été le PDG de La Financière – Le bâtiment associé, Entreprise François et SN STPE, et a présidé plusieurs instances liées au financement de la formation (GFC-BTP, Opca Bat) ainsi que le Medef Champagne-Ardenne, jusqu’en 2013. Administrateur du FPSPP, il siégeait à son bureau jusqu’à son élection à la présidence, le 8 janvier.

Notes   [ + ]

1. Depuis le 1er janvier 2012, Constructys – Opca de la construction a pris le relais du Faf-Sab et du groupe “Opca Bâtiment – Opca Travaux publics – GFC-BTP – Aref-BTP”.

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia