Sapoval

Rédigé par . Publié le 01 septembre 2006. Mis à jour le 11 mars 2019.

Yves-Laurent Sapoval, 43 ans, a été nommé, le 1er août dernier, délégué interministériel à la ville et au développement social urbain.

La Div qu’il va diriger coordonnera la mise en œuvre de l’ensemble des moyens de ses partenaires, notamment ceux mis à disposition par l’Agence nationale de rénovation urbaine et l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, qui vient d’être mise en place.

Ses missions à la Div vont d’abord concerner la mise en place d’une nouvelle contractualisation entre l’État et les collectivités locales, à travers les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) qui vont succéder aux contrats de ville en 2007.

“Cette dynamique renouvelée, se félicite Yves-Laurent Sapoval, nous permettra de renforcer la Div dans son rôle de pilotage, de prospective, d’évaluation, d’animation, d’expérimentation et de conception des politiques en faveur des quartiers sensibles”.

S’agissant des mesures visant à l’insertion professionnelle des plus en difficulté, le délégué interministériel, tient à souligner : “C’est un de nos sujets prioritaires. Bien entendu nous allons poursuivre l’animation du dispositif des zones franches urbaines, qui a été considérablement renforcé. Les « groupes emploi solidarité » annoncés par le gouvernement vont y être mis en place pour répondre aux situations spécifiques des jeunes vivant en Zus.”

Yves-Laurent Sapoval a par ailleurs l’intention de mobiliser le plus possible les contrats aidés, contrats d’accompagnement dans l’emploi, contrats d’avenir, contrats jeune en entreprise et compte sur l’action de l’ANPE dans les Zus. “Nous allons soutenir, conclut-il, les systèmes éducatifs en alternance alliant formation théorique et stages en entreprise, comme par exemple les Écoles de la deuxième chance.”

Architecte de formation puis urbaniste de l’État, Yves-Laurent Sapoval a exercé d’abord aux services Habitat de deux DDE : en Seine-Saint-Denis de 1999 à 2001, puis dans l’Essonne de 2001 à 2002.

En 2002, il est entré au cabinet de Jean-Louis Borloo comme conseiller technique pour l’urbanisme et le logement, avant de devenir directeur adjoint du cabinet de Marc-Philippe Daubresse, secrétaire d’État au Logement. Depuis 2005, il était directeur adjoint du cabinet de Catherine Vautrin (ministre déléguée à la Parité et à la Cohésion sociale), et conseiller chargé du logement et de la ville auprès de Jean-Louis Borloo.

Renée David-Aeschlimann

Centre Inffo vous conseille également