Entretien avec Clémence Nowak, responsable du pôle orientation à la direction de la formation professionnelle du Conseil régional de Champagne-Ardenne

Par - Le 01 septembre 2009.

“La garantie du bon fonctionnement : la volonté locale des acteurs”

Les Espaces métiers de Champagne-Ardenne sont ouverts à tous les publics en recherche d’orientation professionnelle. Qui les accueille ?

Chaque structure est animée par un coordonnateur Espaces métiers. Les portages peuvent différer selon la volonté du territoire. Ce peuvent être des associations territoriales agissant dans le champ de l’emploi-formation comme les Maisons de l’emploi, voire des comités de bassin d’emploi, des associations locales. Cet espace est dès lors considéré comme un outil, un service de ces structures, ce qui permet une organisation spécifique de l’accueil. Le Conseil régional finance un poste en charge exclusivement de mise en œuvre du programme d’animations porté, relayé, parfois initié, par l’Espace métiers.

Quel rôle joue le GIP Arifor ? Vous dites vous être largement inspiré du modèle de la Cité des métiers de Paris. En quoi offrez-vous parfois une vision ou un service différent ?

Le GIP Arifor, notre Carif, a un rôle de coordination régionale du réseau des Espaces métiers. Bien que l’inspiration de base soit la Cité des métiers de Paris, les Espaces métiers champardennais ont été construits et sont adaptés à la réalité de ses territoires, soit quatre départements, avec une forte densité de zones rurales. Le maillage et l’ancrage territorial ont été les plus privilégiés.

Comment parvenez-vous, dans votre Région, à mutualiser les connaissances sur l’évolution des emplois, des métiers et des qualifications (Oref, observatoires de branche, etc.) afin de les mettre à la disposition du public ?

Depuis 2004, la réflexion autour du schéma régional de formation a permis la mise en œuvre des Espaces métiers. Ils sont, de par la volonté des élus régionaux, à disposition de tous les publics, que le territoire soit rural ou urbain. Parallèlement à cette démarche, des contrats territoriaux ont été mis en place avec les branches bien représentées dans la région : travaux publics, bâtiment, agriculture et agroalimentaire, services automobile, transport-logistique. Ces accords viennent élargir les offres de services proposées par les Espaces métiers de la région.

Combien d’Espaces métiers compte la région ? Quelle est l’instance qui les labellise ?

En juillet 2009, il existait sept Espaces métiers ouverts au public : deux dans les Ardennes, deux dans la Marne, deux dans l’Aube, une en Haute-Marne.

Quatre nouveaux projets pourraient voir le jour avant la fin de l’année 2009. _ Le Conseil régional les labellise après un avis de la commission régionale des Espaces métiers, animée et portée par le GIP Arifor. De fait, la garantie du bon fonctionnement d’un Espace métiers est la qualité de son ancrage territorial et la volonté locale des acteurs, des partenaires pour son implantation, etc. C’est une illustration concrète du credo de notre président de Région : “Fédérer pour réussir.”

Françoise Guégot, députée de Seine-Maritime, vient de se voir confier une mission de réflexion sur l’accès à l’orientation des publics jeunes et adultes. Quelle place faut-il donner aux processus d’information et d’accompagnement ?

Le processus d’information et d’accompagnement des personnes est, à mon sens, une étape déterminante pour l’accès à l’orientation professionnelle. De fait, cette première phase est fondamentale pour l’ensemble du parcours d’orientation du public, qu’il soit jeune, adulte, en situation de recherche d’emploi – ou même salarié en réorientation.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform