Marc Ferracci, un expert influent

Inffo formation – 1er-14 novembre 2014 – Cédric Morin

Par - Le 01 novembre 2014.

À 37 ans, Marc Ferracci s’est imposé tout
autant comme un spécialiste de l’évaluation
des comptes publics que comme un
expert influent du secteur de la formation
professionnelle. Fils de Pierre Ferracci, le
président directeur général du groupe Alpha
et président en 2008 du groupe de travail
multipartite sur la réforme de la formation
professionnelle, Marc a hérité du goût de son
père pour les questions sociales. Le diplômé
de HEC s’est passionné pour la formation
professionnelle avant même que Pierre soit
sollicité pour animer le groupe de travail qui a
préparé la réforme de 2009.

La formation des chômeurs
“J’ai investi ce champ après ma rencontre
avec Pierre Cahuc, qui dirigeait alors un DEA
de macro-économie à l’Université Paris-I,
explique-t-il.
Je souhaitais alors travailler
sur l’évaluation des politiques de l’emploi.
Il est devenu le directeur de la thèse que je
préparais dans le cadre d’une convention
industrielle de formation par la recherche
pour l’Unedic et Paris-I. Je l’ai soutenue en
2006. Son intitulé exact est «
La formation
professionnelle des chômeurs en France :
analyse théorique et évaluation empirique
».

Pendant la préparation de sa thèse, le jeune
économiste du travail a intégré le Centre
de recherche en économie et statistique
où officient notamment Francis Kramarz
ou Bruno Crépon, avec qui il a travaillé sur
l’évaluation des prestataires privés travaillant
pour Pôle emploi.

“Être fidèle à mes convictions”

Le champ de travail de Marc Ferracci ne se
limite pas à la formation professionnelle, mais
est resté l’un de ses thèmes de recherche
majeur, avec notamment la fameuse note pour
l’Institut Montaigne en 2011, qui prédisait
l’échec de la réforme de 2009.
“Étant de
gauche, l’orientation de l’Institut Montaigne
m’a posé question au départ, mais dans les
faits nous avons eu une liberté totale de ton.
Cela m’a permis de mettre en évidence de
façon critique les inégalités induites par notre
système de formation professionnelle, et d’être
ainsi fidèle à mes convictions. Être cohérent,
c’est militer pour la réforme d’un système
qui pénalise les plus faibles. C’est vrai par
exemple aussi pour l’assurance chômage, avec
50
% des inscrits au Pôle emploi qui ne sont
pas indemnisés”,
estime-t-il.
“Il faut se poser
la question de l’accès à l’indemnisation, avant
celle du durcissement des règles”
, ajoute ce
proche d’Emmanuel Macron.

Les avancées de la réforme

“Avec Emmanuel Macron, nous sommes
encore en contact, ce qui m’a permis
d’être associé au processus d’élaboration
de la dernière réforme. Par exemple, la
suppression de l’obligation de dépense
de 0,9
% était l’une des propositions du
rapport pour l’Institut Montaigne que nous
avons réalisé avec Pierre Cahuc et André
Zylberberg.”

Certes, il regrette que le système
“reste
intermédié, et qu’il faille passer par un Opca
pour débloquer ses heures
: cela reste très
dissuasif. Ce cadre ne peut qu’accroître
les inégalités, même si le principe du CPF
va dans le bon sens. Notamment car c’est
un droit portable et mobilisable à la stricte
initiative du salarié”.

Pragmatique, Marc Ferracci est plus
sceptique sur le financement des outils créés
par la dernière réforme.
“Si le CPF atteint
son but, toucher un maximum de personnes,
il y aura un problème de financement.
Pour qu’il fonctionne, il faut absolument un
accompagnement, cela pourrait être le rôle
du conseil en évolution professionnel, mais là
aussi se pose la question du financement.”
Et de mettre en garde contre la complexité,
et le trop grand nombre d’acteurs, à son sens,
appelés à intervenir.

Et ensuite

Même si Marc Ferracci n’a pas mis ses
pas dans les traces de son père, pourrait-il
prendre sa succession à la tête du groupe
Alpha
? Il l’a envisagé, et ne l’exclut pas.
Mais plus il avance dans sa carrière et ses
travaux de recherche sur l’évaluation des
politiques publiques, moins cette hypothèse
lui semble probable. Ce n’est de toute façon
pas d’actualité, rappelle-t-il. Sans omette de
préciser qu’entre le football [ 1 ]Cf.
L’Inffo

856, le portrait.

ou encore la
plongée sous-marine, ils partagent tous les
deux bien plus que le goût de l’intérêt public
et des questions sociales.

Notes   [ + ]

1. Cf.
L’Inffo

856, le portrait.

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia