Zoom sur le dispositif “Qualité de l’alternance” de la Région Île-de-France

Par - Le 01 septembre 2013.

La Région Île-de-France a choisi de mettre l’accent sur la professionnalisation des personnels de CFA et une meilleure articulation formation/situations de travail. Le dispositif “Qualité de l’alternance” a été voté en Conseil régional le 26 mars 2009 et en commission permanente le 9 avril suivant. Il s’appuie sur deux volets complémentaires : d’une part, sur une incitation des centres de formation d’apprentis à se doter d’un projet “qualité” et, d’autre part, sur un dispositif renforcé de professionnalisation des formateurs. Sur ce projet, la Région finance 80 % des coûts pour le CFA.

Articuler formation et situations professionnelles

Les projets “qualité” ont pour objectif de mieux articuler la formation dispensée au CFA et l’emploi tenu par le jeune dans l’entreprise, et, plus précisément, de permettre à l’apprenti d’appliquer concrètement et rapidement ce qu’il apprend. Pour chaque jeune, à chaque alternance, doit être défini un “mini-projet” de formation en regard de son activité imminente. Une exigence qui demande une communication étroite entre les différents lieux de formation. Doit notamment être établi, avec la participation de l’employeur, au début de l’année, un prévisionnel des activités réalisable en entreprise pour chaque jeune. En outre, le dispositif “Qualité de l’alternance” prévoit également de garder une trace de toutes les activités réalisées par le jeune et de proposer aux apprentis un accompagnement individualisé. Centrée sur le cœur de métier des CFA, cette politique a pour objectif de sécuriser le parcours des apprentis en donnant du sens à leur formation en alternance, et ainsi, de limiter les ruptures.
Le second objectif des projets qualité consiste à mettre en place, dans les centres, un accompagnement social pour les apprentis les plus fragiles du CFA. Il s’agit de s’attaquer aux causes de ruptures autres que celles ayant trait à la motivation. Cela englobe les causes matérielles (logement, alimentation, transport, santé) et les causes sociales (problèmes familiaux, etc.).

Professionnaliser les personnels de CFA

Le dispositif “Qualité de l’alternance” vise également à accompagner la professionnalisation des formateurs de CFA, et cela notamment en développant les relations entre les entreprises, les lieux de formation et les apprentis, pour adapter les formations aux besoins de professionnels. Dans le cadre du dispositif, les personnels des CFA se voient tenus de se former au moins trois jours par an pour animer et suivre les projets qualité (développer une pédagogie de l’alternance, impliquer davantage les jeunes et l’entreprises dans le processus de formation, etc.) ou une formation longue s’ils viennent d’être recrutés.
69 CFA ont lancé un projet qualité en 2009-2010, puis 80 en 2010-2011. La Région Île-de-France a observé fin 2010 un taux de rupture de 13 % dans les groupes touchés par les projets qualité, alors que le taux moyen dans les CFA concernés se situe plutôt autour de 20 %. La région estime ainsi que 3 000 ruptures ont été évitées entre 2009 et 2013.

Un plan contre le décrochage en 2013

La lutte contre les ruptures de contrats en alternance continue en 2013 d’être dans l’actualité de l’Île-de-France. En effet, un plan régional contre le décrochage, voté fin avril 2013, prévoit la signature de protocoles de sécurisation des parcours pour les jeunes décrocheurs et apprentis en rupture de contrat, qui s’appuient en partie sur le dispositif “Qualité de l’alternance”. Quatre zones d’expérimentation sont concernées : Paris (11e, 18e et 19e arrondissements), Seine-Saint-Denis (Saint-Denis, Saint-Ouen, Pantin, La Courneuve), Val-d’Oise (Goussainville, Villiers-le-Bel, Gonesse, Montsoult) et Seine-et-Marne (territoire de la Psad [ 1 ]Plateforme de suivi et d’appui aux décrocheurs. de Brie-Sénart).
Ces protocoles ont pour objectif la prise en charge de jeunes en voie de décrochage
dans des lycées et des CFA identifiés par les équipes des établissements. La Région ne voulant pas “empiler les dispositifs”, elle souhaite appuyer ces protocoles sur “l’existant” en adoptant “des formes de coopération fonctionnelle simplifiées”. Ainsi, les acteurs doivent mettre en oeuvre des actions prenant en compte le jeune “dans sa globalité” et notamment son environnement social et familial. Le réseau d’acteurs engagés par la signature du protocole pourra bénéficier de financements régionaux pour la réalisation de projets à hauteur de 50 000 euros, soit un total de 200 000 euros pour les quatre territoires en 2013.

Selon la délibération, le dispositif “Réussite pour tous dans les lycées”, le dispositif d’accès à
l’apprentissage [ 2 ]Le “dispositif d’accès à l’apprentissage” est un outil qui
propose diverses mesures et systèmes d’accompagnement
pour le développement des CFA et de l’apprentissage.
et le dispositif “Qualité de
l’alternance” dans les CFA seront mobilisés dans les domaines suivants : “Le soutien personnel (lieux d’écoute), la restauration de l’estime de soi, l’acquisition des savoirs de base, notamment la maîtrise du français, l’accueil et l’accompagnement des élèves, la mobilisation autour d’un projet personnel, l’accompagnement à la scolarité, l’intégration d’élèves handicapés, la découverte des métiers et de l’alternance.” Dans le cadre de ces dispositifs, la Région souhaite développer des passerelles entre les formations scolaires et l’apprentissage.

Notes   [ + ]

1. Plateforme de suivi et d’appui aux décrocheurs.
2. Le “dispositif d’accès à l’apprentissage” est un outil qui
propose diverses mesures et systèmes d’accompagnement
pour le développement des CFA et de l’apprentissage.

Centre Inffo vous conseille également