La Bretagne envisage de former cette année 19 000 demandeurs d’emploi de plus qu’en 2015

Par - Le 16 mars 2016.

Directrice de CIO en retraite, Georgette Bréard est la deuxième vice-présidente de la Région Bretagne, chargée de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’orientation. À ce titre, elle s’apprête à contractualiser avec l’État dans le cadre du plan 500 000 formations d’urgence.

Cédric Morin – Comment votre Région va-t-elle s’engager dans le cadre du plan 500 000 formations ?

Georgette Bréard – Nous devions signer le 10 mars dernier, mais la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social a reporté. Nous n’avons pas encore de date précise, mais cela devrait être dans les deux semaines qui viennent. Nous avons tenu le 7 mars dernier une réunion quadripartite qui associait les partenaires sociaux par le biais du Coparef [ 1 ]Comité paritaire interprofessionnel régional pour l’emploi et la formation.. Il s’agit globalement d’un document-cadre qui a été élaboré et sera ratifié avec les représentants des salariés et du patronat, l’État et la Région. Parallèlement, il y aura une convention financière entre l’État et la Région, dans le cadre de laquelle nous bénéficierons d’une partie du milliard d’euros consacré à ce plan par le gouvernement.

C. M. – Combien de personnes envisagez-vous de former à l’échelle de la Bretagne ?

G. B. – Nous nous engageons sur un total de 47 000 demandeurs d’emploi qui seront formés au total dans la région. Ce chiffre couvre tout autant les bénéficiaires des programmes d Pôle emploi que ceux de la Région, tandis que les partenaires sociaux dans le cadre du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, augmentent leur participation de 4 à 7 millions d’euros. En comptant tous les dispositifs, y compris les VAE et périodes de professionnalisation, nous formerons 47 000 personnes contre un peu plus de 28 000 en 2015.

C. M. – Comment travaillez-vous concrètement à l’évaluation des besoins ?

G. B. – Comme avec Pôle emploi ou les services de l’État, nous agrégeons les données identifiées sur le terrain par les partenaires sociaux, ensuite, nous les analysons ensemble pour définir un diagnostic partagé. Nous avons reçu hier le recueil des besoins effectué par Pôle emploi, nous attendons ceux des partenaires sociaux et nous avons réuni il y a 15 jours les Opca. Je ne sais pas comment travaillent les autres Régions, mais c’est indispensable pour nous d’associer les représentants des salariés et du patronat, même si nos points de vue peuvent diverger. La convention sera soumise au Crefop.

C. M. – Comment va concrètement se décliner sur le terrain ce plan ?

G. B. – Nous avons coordonné nos actions formation avec Pôle emploi dans le cadre de 15 commissions territoriales emploi-formation pilotées également avec l’État. C’est une spécificité bretonne, nous attendons la signature de la convention pour les mettre concrètement en œuvre avec les services des préfectures et sous-préfectures. Il y a 21 pays dans la région Bretagne, mais nous avons collé aux réalités économiques locales, par exemple les Côtes-d’Armor seront un seul territoire, alors que dans les trois autres départements, il y aura une commission par bassin d’emploi à l’exception de celle de Rennes qui regroupe trois pays.

C. M. – Tout au long du mois de mars, des portes ouvertes sont organisées dans les organismes de formation du bassin rennais pour leurs partenaires, quel est l’objectif ?

G. B. – Nous venons de renouveler le plan Bretagne Formation et nous avons réuni 25 de ces organismes pour échanger avec leurs prescripteurs que sont le Pôle emploi, les Missions locales, Cap emploi… L’objectif est de permettre à ces derniers de connaître précisément l’offre de formation sur leur territoire, nous voulons mener le même type d’opérations portes ouvertes que celles réalisées régulièrement par les CFA ou les lycées professionnels. C’est également ouvert au public, notamment les demandeurs d’emploi. C’est l’occasion de donner une visibilité médiatique à ces établissements.

Notes   [ + ]

1. Comité paritaire interprofessionnel régional pour l’emploi et la formation.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform