Plan 500 000 formations d’urgence : la CGT préconise le recours au congé individuel de formation pour les demandeurs d’emploi

Par - Le 31 août 2016.

« L’actualité éprouvante n’a pas pris de congés et semaine après semaine, les préoccupations des salariés, des retraités et des citoyens, demeurent la lutte contre le chômage et les inégalités sociales ». Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a d’ailleurs réclamé au nom de sa confédération, lors de sa conférence de presse de rentrée, le 30 août, l’abrogation de la loi Travail qui « renforce le moins-disant social ». « L’abrogation de ce texte est le mot d’ordre de cette rentrée », a-t-il souligné tout en appelant les opposants à cette loi à manifester à Paris et dans une quarantaine de villes en France le 15 septembre. « Nous étudions aussi les recours juridiques possibles car au niveau de l’Organisation des nations unies (ONU) et de l’Organisation international du travail (OIT), cette loi a été reconnue inquiétante pour les salariés français ».

Toujours sur le plan de la lutte contre le chômage, la CGT considère que « le plan 500 000 formations supplémentaires » ne doit pas servir à faire baisser les chiffres du chômage de façon artificielle, car une fois en formation, les demandeurs d’emploi ne sont plus comptabilisés dans les statistiques officielles publiées tous les mois. « Nous avions participé à la construction de ce plan de manière quadripartite mais il est clair que cela ne donne pas le résultat escompté », a précisé Catherine Perret, secrétaire nationale de la CGT en charge de la formation initiale et professionnelle, au Quotidien de la formation. « Au regard des premiers éléments, six mois après le lancement du plan, les formations proposées sont encore de très courtes durées alors que l’on nous avait annoncés des formations réellement qualifiantes. Cela peut avoir des conséquences positives pour une partie des demandeurs d’emploi qui ont juste besoin d’une mise en route, notamment à travers la POE [ 1 ]Préparation opérationnelle à l’emploi.. Mais les chômeurs de longue durée ont, quant à eux, besoin d’un accès à une formation longue et qualifiante, pour le moment non financée ».

La CGT a ainsi fait des propositions, « qui ont suscité l’intérêt de certains parlementaires ». L’une d’elles consiste à relancer le débat sur le congé individuel de formation (Cif) pour les demandeurs d’emploi. « Nous avons bâti une expérimentation sur la première année après le licenciement. Elle doit permettre aux chômeurs d’avoir accès à un Cif, soit une formation en moyenne de 800 heures pour un retour à l’emploi dans de bonnes conditions ». Proposition qui a été portée par la CGT dans le cadre de la campagne du plan 500 000 formations. « Certaines Régions ont indiqué être intéressées par notre proposition, en particulier l’Île-de-France », a indiqué Catherine Perret. Sur le plan du financement, la CGT a demandé « officiellement de consacrer, dans le cadre du financement d’une expérimentation territoriale par le FPSPP [ 2 ]Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels. à destination des demandeurs d’emploi dans le cadre du plan 500 000, 7 à 8 millions d’euros (sur les 30 millions d’euros dédiés) à l’expérimentation Cif portable pour les demandeurs d’emploi ». « La CFDT et la CFE-CGC nous ont dit être intéressées. Pour le moment, nous tablons sur 1 000 Cif avant d’envisager une généralisation du dispositif s’il donne de bons résultats », a avancé Catherine Perret.

Notes   [ + ]

1. Préparation opérationnelle à l’emploi.
2. Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters