La Région Grand Est déploie son plan d’action dans le cadre du « plan 500 000 »

Par - Le 10 mai 2016.

Signataire le 18 mars dernier de la première convention de mise en œuvre du « plan 500 000 formations » (voir notre article), la Région Grand Est (Alsace-Champagne-Ardenne Lorraine) a récemment voté la mise en place d’un plan d’action pour l’emploi. Ce plan, qui doit permettre l’accès à la formation pour 75 000 jeunes ou adultes demandeurs d’emploi (contre 49 000 en 2015), est consécutif à un travail réalisé par la Région, l’Etat et Pôle emploi, avec les branches professionnelles et les Opca [ 1 ]Organismes paritaires collecteurs agréés. pour identifier les besoins en compétences non couverts et émergents. En parallèle, sur l’ensemble de la région, les délégués territoriaux ont recensé les attentes et des besoins en main-d’œuvre qualifiée exprimés sur leur territoire.

Suite à cette décision de l’assemblée régionale, des réunions de lancement opérationnel du « plan 500 000 formations prioritaires pour l’emploi » se déroulent sur les territoires à l’initiative du Conseil régional. Elles visent à informer et à coordonner les multiples acteurs qui concourent à la réussite de ce chantier : Conseil régional, Pôle emploi, Missions locales, Cap emploi, Conseils départementaux, organismes de formation… Concernant les projets prévus, « six concernent plus précisément les secteurs et/ou métiers émergents et le développement d’activités locales nouvelles (l’environnement, le numérique, les nouvelles technologies) et viennent en complément des secteurs plus traditionnels comme l’hôtellerie-restauration, les services à la personne, le commerce, la sécurité, l’industrie… », indique la Région dans sa lettre d’information du 2 mai.

Par exemple, à Strasbourg, la société Soprema, spécialisée dans l’ensemble des applications concernant l’enveloppe des bâtiments et la construction de charpentes métalliques, a exprimé le besoin en personnels qualifiés dans les métiers de l’étanchéité. La société propose une action de formation au métier d’étancheur-bardeur. Ce programme de formation peut accueillir quinze demandeurs d’emploi. A Nancy, la société Capecom prévoit d’ici 2017, 100 à 200 recrutements dans le cadre de la création d’une entreprise spécialisée dans la fibre optique. La société recherche des techniciens qualifiés dans les opérations de raccordement. A ce titre, deux types d’actions de formation ont été retenus : une action courte destinée à un public primo-qualifié visant la professionnalisation vers les installations et raccordements très haut débit ; une action de qualification permettant la validation d’un titre professionnel de niveau baccalauréat. Ce programme de formation peut accueillir trente demandeurs d’emploi.

La Région a aussi axé son intervention sur les formations en phase avec les besoins identifiés dans le marché de l’emploi transfrontalier en particulier luxembourgeois, allemand, suisse et belge. Ainsi, en Champagne-Ardenne, dans la filière éolienne, il est proposé des formations de technicien de maintenance en parcs éoliens via la préparation d’un certificat BZEE [ 2 ]BildungsZentrum für Erneuerbareenergien., requis par des opérateurs allemands pour finaliser l’embauche. Ce programme de formation peut accueillir dix demandeurs d’emploi.

Notes   [ + ]

1. Organismes paritaires collecteurs agréés.
2. BildungsZentrum für Erneuerbareenergien.

Centre Inffo vous conseille également

Afnor