Pour 2016, le Cedefop s’engage notamment à étendre la formation en apprentissage par le travail

Par - Le 13 juillet 2016.

Dans son programme d’activité 2016, le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) réaffirme sa volonté d’accompagner davantage la mise en œuvre des politiques d’enseignement et de formation professionnels (EFP) en Europe, faisant de 2016 une année très chargée.

Pour 2016, l’agence de l’Union européenne chargée de soutenir l’élaboration et la mise en œuvre des politiques d’enseignement et de formation professionnels (EFP) s’engage donc à :

  • continuer de suivre l’évolution des tendances des politiques d’EFP ;
  • soutenir le développement, la mise en œuvre et l’intégration plus étroite des instruments européens communs permettant de documenter, valider et reconnaître les compétences et qualifications ;
  • analyser l’évolution du marché du travail ;
  • améliorer et étendre la formation en apprentissage par le travail ;
  • élaborer le tableau de bord de la mobilité ;
  • soutenir le développement professionnel des enseignants et formateurs de l’EFP ;
  • établir de nouvelles prévisions de l’offre et de la demande de compétences à l’horizon 2030 ;
  • développer le Panorama européen des compétences ;
  • combiner plus efficacement ses fonctions de recherche, d’analyse et de conseil politique afin de promouvoir l’apprentissage et le transfert de connaissances.

Programme cohérent

Le programme de travail qu’il vient de rendre public « tient compte du plan de soutien aux conclusions de Riga et de la feuille de route pour les compétences, visant à doter l’Europe de forces de travail plus qualifiées et plus compétitives ». Il est, selon le Centre, en cohérence avec sa mission, telle que définie dans son règlement fondateur qui devrait être révisé cette année. En 2016, qui marque aussi la fin des actuelles priorités à moyen terme du Centre, seront définis de nouveaux objectifs pour 2017-2020. Ceux-ci tiendront compte de la nouvelle politique d’EFP à l’horizon 2020, qui fait désormais partie du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation, EF 2020.

Cette année, le Centre prévoit d’autres changements susceptibles d’avoir des incidences sur ses activités futures : la « stratégie pour les compétences » de la Commission européenne et son « guichet unique intégré » pour les certifications et les compétences.

Diverses contraintes

La continuité affichée dans les activités cache, selon le Cedefop, d’importants changements dans la manière dont il organise son travail pour « relever non seulement les défis de 2016, mais aussi ceux de 2017-2020 » :

  • mesures de rationalisation pour mieux utiliser ses capacités et son expertise ;
  • efforts pour renforcer sa capacité de soutien à l’élaboration des politiques et à la prise de décision en développant son rôle de « courtier du savoir ».

Le Cedefop est confronté notamment à des « exigences de compression du personnel » qui l’oblige à une rationalisation, une réduction et une réorganisation de la gestion de plusieurs projets, privilégiant le recours aux experts internes plutôt que l’externalisation des études. Ces contraintes et les nouvelles demandes pèsent sur les ressources financières et humaines du Centre et l’obligent à réduire encore davantage certaines tâches ou activités en cours.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform