952_p._04_en_vue_-_bernard_pailhes.jpg

Bernard Pailhès

Par - Le 27 septembre 2018.

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du Numérique, a annoncé, le 24 septembre 2018, la nomination de Bertrand Pailhès comme Coordonnateur national de la stratégie d’Intelligence artificielle. Fondé sur le rapport parlementaire confié au mathématicien et député En marche ! Cédric Villani, ce plan a été rendu public le 29 mars 2018 au collège de France à l’occasion de la conférence « AI for Humanity ».

Politiques publiques numériques

Bernard Pailhès, ingénieur des Mines, est diplômé de Télécom Paris Tech et sciences Po Paris. Il a travaillé sur les politiques publiques numériques à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et dans les cabinets ministériels. Il a été directeur de cabinet d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique (2015-2017).

Il a pris son poste au sein de la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic), et est appelé à travailler « en étroite collaboration avec tous les ministres chargés de la mise en œuvre du plan ». De plus il prendra part au comité de suivi du plan animé tous les mois par Mounir Mahjoubi.

IA et appareil de formation

Le rapport Villani (voir notre article) recommande que la France multiplie par trois en trois ans le nombre de personnes formées en Intelligence artificielle, en adaptant l’offre de formation existante et en créant de nouveaux cursus et de nouvelles formations de tous niveaux. Le développement de l’IA concerne l’ensemble de l’appareil de formation et en premier lieu, le renforcement des capacités de recherche. Il est préconisé la création d’un réseau de quatre à six instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle.

Dans son communiqué annonçant la nomination du coordonnateur national, le secrétariat d’État a indiqué que, « d’ores et déjà, plusieurs actions ont été enclenchées », notamment, le financement d’Intelligence Emploi (doté de 20 millions d’euros et porté par le ministère du Travail et Pôle emploi,
ayant pour objectif de placer l’IA au cœur de la recherche d’un travail ) et la publication le 25 juillet 2018 d’un appel à manifestation d’intérêt pour la constitution des instituts interdisciplinaires pour l’intelligence artificielle (3IA)

Centre Inffo vous conseille également

Afnor