François Patriat (PS) demande un « déplacement des curseurs » vers les Régions

Les 18 et 19 février, les sénateurs procédaient -en séance publique- à l’examen des amendements au premier article du projet de loi sur la réforme de la formation professionnelle déposés par les différents groupes politiques représentés au palais du Luxembourg dans le cadre de la procédure accélérée. Si côté socialistes et RDSE (groupe du Rassemblement démocratique et social européen), on s’était déjà prononcé, dès le 18 février, en faveur du texte présenté par le gouvernement, François Patriat, sénateur bourguignon (PS), mais aussi président du Conseil régional de Bourgogne s’est par ailleurs, à plusieurs reprises, exprimé en faveur d’un accroissement du rôle des Régions dans le projet de réforme.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 20 février 2014.

En premier lieu, en affirmant le rôle des établissements publics d'enseignement du second degré (Greta, écoles d'ingénieurs, universités, Cnam) dans le dispositif de formation continue. Des établissements qui, selon les chiffres de l'année 2011, ont permis, d'après les chiffres avancés par François Patriat, de former 448 000 stagiaires et ont généré un chiffre d'affaires de 409 millions d'euros et dont le rôle n'est, aux yeux du président de Bourgogne, pas assez valorisé dans le projet de réforme. « Si leur contribution est essentielle dans les faits, ces établissements ne sont pas encore pleinement reconnus comme des opérateurs de formation continue à…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters