« Il est trop tôt pour réfléchir à une nouvelle réforme de la formation professionnelle » (Gérald Lefèvre, président du Garf)

Auditionné par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans le cadre de la saisine du Premier ministre sur le système français de formation professionnelle, Gérald Lefèvre, président du Groupement des acteurs et responsables de la formation en entreprises (Garf), l’avait dit. Il le répète, aujourd’hui, en réaction au souhait exprimé par le président de la République, lors du sommet social du 18 janvier 2012, de procéder à un examen en profondeur des dispositifs existants actuellement en matière de formation professionnelle et, le cas échéant, à les réformer.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 20 janvier 2012. Mis à jour le 12 mars 2019.

S'il reconnaît qu'« il y a encore des choses à améliorer dans la loi du 21 novembre 2009 », Gérald Lefèvre prône la patience. « Il est trop tôt pour engager une réflexion sur une nouvelle réforme alors même que tous les textes d'application de [cette] loi ne sont pas encore publiés. Il est aussi trop tôt pour mesurer les effets des grandes nouveautés telles que le dispositif de préparation opérationnelle à l'emploi (POE), le droit d'orientation et à la formation ou le FPSPP  », a-t-il expliqué à l'occasion d'un entretien accordé au Quotidien de la formation, jeudi 19 janvier. Autre point qui, d'après…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également