« Il y a urgence pour les entreprises à se préparer à la réforme » (Philippe Joffre, cabinet Paradoxes)

Moins d’une semaine après le vote de la loi, les professionnels du secteur s’interrogent quant aux conséquences de la réforme dans les entreprises. Le mardi 4 mars, le groupe IGS organisait une première séance de décryptage animée par Philippe Joffre, président du cabinet Paradoxes.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 05 mars 2014. Mis à jour le 12 mars 2019.

Les décrets ne sont pas encore tombés et pourtant, à l'en croire, « il y a urgence pour les entreprises à se préparer à cette réforme ». Car en supprimant la contribution mutualisée obligatoire des entreprises de plus de 300 salariés au plan de formation et en instaurant un compte personnel de formation (CPF) attaché aux individus et opposable aux employeurs, la réforme va avoir pour conséquence d'augmenter sensiblement (+72 % selon les chiffres du ministère du Travail) les financements mobilisables par les salariés ou les demandeurs d'emploi à leur simple initiative. Des formations indépendantes de la stratégie des entreprises puisque…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également