L’apprentissage et les qualifications au coeur des propositions de l’UPA pour le prochain quinquennat

On aurait pu s’attendre à ce que les patrons de l’artisanat placent la baisse des charges en guise de priorités des priorités. Perdu ! Si une demande d’allégement figure bien dans les 13 priorités pour le quinquennat dévoilées à l’occasion du traditionnel « Lab » annuel de l’UPA qui se tenait le 27 octobre au Palais Brongniart, elle n’arrive qu’en 5e position des propositions sur lesquelles l’organisation patronale demande aux candidats à la présidentielle ainsi qu’aux futures législatives de 2017 de se positionner. A contrario, c’est la revalorisation de l’apprentissage et la sensibilisation des jeunes aux métiers de l’artisanat qui constituent les dossiers que l’UPA a placé en tête de liste.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 28 octobre 2016. Mis à jour le 12 mars 2019.

« Nous voulons donner un avenir à chaque jeune » explique Jean-Pierre Crouzet, le président de l’organisation patronale, « et pour cela, il est urgent de rapprocher le monde de l’éducation de celui de l’entreprise en réformant l’orientation scolaire pour la tourner vers l’emploi ». Une réforme qui passerait, selon les vœux de l’UPA, par la création d’un « vrai » service public de l’orientation (SPO), de type quadripartite, où représentants de l’Éducation nationale, des conseils régionaux, des organisations de salariés et d’employeurs siégeraient sur un pied d’égalité. « Concrètement, cela signifierait que nous pourrions inciter les établissement à organiser…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également