La CGPME conteste à son tour le décret relatif au Comité paritaire pour l’emploi et la formation devant le Conseil d’État

La séance d’installation du Comité paritaire national interprofessionnel pour l’emploi et la formation (Copanef) du 2 septembre 2014 s’est déroulée dans un climat tendu, marquée par les crispations patronales liées au nombre des places accordées à chaque mouvement d’employeurs.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 03 septembre 2014. Mis à jour le 12 mars 2019.

Si, contrairement à ce qui a pu être avancé, aucune des organisations protestataires (UPA et CGPME) n'a finalement opté pour la politique de la chaise vide, les représentants de l'Union professionnelle artisanale ont choisi de signifier leur protestation en refusant de prendre part aux délibérations et aux votes du Comité. Et surtout, en dénonçant le caractère « illégal » du décret du 27 août 2014 donnant naissance au Copanef et n'accordant qu'un seul siège aux représentants de l'artisanat. « Ce décret est entaché d'incompétence dans la mesure où le ministère du Travail] n'était pas habilité à fixer – même à titre temporaire –…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également