La réforme annoncée « doit bouleverser le système actuel et s’inscrire dans l’esprit de la loi de 1971» (Fabrice Gutnik, Afref)

Alors que certains désespèrent à l’idée que l’annonce de François Hollande du 4 mars dernier ne mène qu’à une « énième réforme » de la formation professionnelle, l’Afref[[Association française de réflexion et d’échanges sur la formation. Suivre sur twitter: @afref_formation.]], par la voix de son nouveau président, Fabrice Gutnik, sociologue d’entreprises, psychologue du travail et docteur en sciences de l’éducation, préfère se réjouir de la volonté présidentielle de bouleverser le système existant.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 11 mars 2013.

A condition, toutefois, que la réforme annoncée accouche d’une meilleure régulation entre orientation, formation et emploi dans le contexte d’un nouveau paradigme économique marqué par une « flexi-sécurité à la française » qu’il reste encore à construire au bénéfice de tous. Offre de formation : attention aux effets d’optique faussés Dans son discours de Blois, François Hollande jugeait qu’une offre de formation impliquant plus de 55 000 organismes (dont un tiers environ ne font pas de la formation leur activité principale) était « de trop »et appelait à une régulation de ceux-ci. Un principe sur lequel Fabrice Gutnik s’indique d’accord, tout en enjoignant à la…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également