« La réforme n’aboutira pas en décembre prochain » (Fabrice Gutnik, Afref)

Ils ont quatre mois pour préparer la réforme. C’est donc le pied sur l’accélérateur que les partenaires sociaux vont plancher sur le texte final qu’ils devront présenter au gouvernement fin décembre, en vue d’un premier examen parlementaire prévu pour le début d’année 2014. « Le calendrier est d’autant plus serré qu’il ne s’agit de rien de moins que d’une réforme qui infléchira en profondeur le modèle social français », estime Fabrice Gutnik, président de l’Association pour la recherche et l’échange sur la formation (Afref)[L’Association tenait sa première Université d’été le 9 juillet ([lire).]], dans une contribution transmise au « Quotidien de la formation », vendredi 12 juillet.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 15 juillet 2013.

En profondeur car, en instaurant un compte personnel de formation pour chaque individu et en transférant l'essentiel des compétences orientation-formation aux Régions, l’État pose la question des compétences que lui-même compte conserver sur ces dossiers. « Une fois le transfert effectif validé par l'acte III de la décentralisation, quel rôle tiendra l’État demain en matière de formation et, surtout, avec quelle légitimité puisqu'il aura, de sa propre initiative, cédé ses compétences à d'autres entités territoriales ? », s'interroge le président de l'Afref. Un point qui amène également l'association à se questionner sur les conséquences de cette décentralisation concernant les attributions que compte conserver…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform