Laurent Berger appelle le patronat à négocier des contreparties chiffrées au pacte de responsabilité avant la conférence sociale

Du 2 au 6 juin prochain, la CFDT tiendra, à Marseille, son 48e congrès, marqué par la célébration des cinquante ans de la Confédération après sa scission, en 1964, d’avec sa « sœur aînée » de la CFTC. Durant ces quatre jours, les quelques 2 500 délégués de la centrale de Belleville, sortie confortée de la réforme de la représentativité syndicale (26 % au plan national, réduisant l’écart avec sa rivale cégétiste) s’entretiendront des sujets sociaux à l’agenda 2014, parmi lesquels les conséquences de la loi du 5 mars sur la formation professionnelle et le dialogue social née d’un accord national interprofessionnel signé, notamment, par la CFDT.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 22 avril 2014.

Un accord qui s'inscrit dans la volonté de « refondation du pacte citoyen » porté par la Confédération qui voit dans cette réforme une opportunité pour hisser le niveau de qualification des demandeurs d'emploi et des salariés, comme l'a rappelé Laurent Berger, son secrétaire général, lors de la conférence de presse de présentation du Congrès tenue le vendredi 18 avril. Signataire de l'Ani formation, la CFDT l'est aussi du relevé des conclusions au pacte de responsabilité négocié les 28 février et 5 mars dernier. Signataire désormais minoritaire parmi les organisations syndicales depuis le retrait du paraphe de la CFE-CGC suite aux négociations…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform