Les partenaires sociaux craignent que l’acte III de la décentralisation ne leur laisse une place restreinte dans la gouvernance régionale de la formation

28 voix pour – essentiellement celles de l’État et des régions -, 27 voix contre –celles, en majorité, des partenaires sociaux- et 7 abstentions. Le projet de loi de décentralisation (voir notre article), soumis lundi 18 mars 2013 pour avis au CNFPTLV (Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie), réuni en séance plénière n’a reçu un avis favorable que de justesse.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 19 mars 2013. Mis à jour le 12 mars 2019.

Syndicat et patronat dénoncent notamment le flou qui règne quant au rôle des partenaires sociaux dans la nouvelle organisation décentralisée, et notamment dans le cadre du CCREOFP (Comité de coordination régionale de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelle), nouvelle version élargie du CCREFP (Comité de coordination régionale de l’emploi et de la formation professionnelle). « Nous ne voulons pas être uniquement des payeurs ! » Ainsi, pour la CFDT, il « apparaît clairement que la répartition des compétences et leurs modalité d’exercice restent un sujet d’élus locaux ». Marie-Andrée Séguin, secrétaire nationale de la confédération note, dans le…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également