Michel Sapin prêt à réviser le « 0,9% »

Pour la seconde fois, depuis sa nomination rue de Grenelle, Michel Sapin était l’invité des Entretiens de la cohésion sociale, l’événement annuel organisé mercredi 11 septembre conjointement par Entreprise & Personnel, l’Institut Montaigne et le cabinet d’avocats August & Debouzy. L’an passé, c’est avec l’annonce de la réforme sur la sécurisation de l’emploi — entérinée depuis au travers de l’ANI du 11 janvier 2013 et traduite ensuite dans la loi — que le ministre du Travail et de l’Emploi s’y était présenté. Cette année, l’intervention ministérielle fut consacrée à la réforme de la formation professionnelle dont les négociations s’ouvriront dans les prochains jours.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 12 septembre 2013.

Cette réforme ? « Absolument nécessaire pour offrir un nouvel élan à la formation professionnelle » a argué Michel Sapin. Car avec une participation financière des entreprises qui stagne depuis le milieu des années 1980, une compétitivité internationale accrue qui exige des efforts supplémentaires en matière de développement des compétences et la nécessité de former les demandeurs d'emploi en plus des salariés, « les effets de la loi de 1971 semblent avoir atteint leurs limites et, aujourd'hui, l'ascenseur social paraît grippé », a jugé le locataire de la rue de Grenelle. D'autant qu'aux yeux du gouvernement, cette nouvelle donne pour la formation professionnelle constitue l'une…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor