Pacte de responsabilité: le Medef opposé à l’augmentation du nombre des contrats de génération dans le privé

« Ce pacte de responsabilité, je l’aime, je l’ai applaudi ! », annonçait Pierre Gattaz le 18 février, à l’occasion de sa conférence de presse mensuelle. Attendu sur les contreparties (efforts des employeurs sur l’emploi, l’investissement, la formation et le dialogue social) aux exonérations fiscales promises aux entreprises par François Hollande – les négociations entre partenaires sociaux en ce sens s’ouvriront le 28 février – le patron des patrons vient de rendre publics les « 25 engagements » sur lesquels son mouvement s’affirme prêt à se mobiliser avec l’objectif « de créer un million d’emplois d’ici à 2017 ».

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 19 février 2014. Mis à jour le 12 mars 2019.

De l'observatoire des contreparties annoncé par le Chef de l’État, Pierre Gattaz ne veut pas entendre parler. « Le pacte de responsabilité ne doit pas être un exercice de communication ou une lubie », a-t-il affirmé. En lieu et place, c'est à un « Comité de pilotage du pacte » qu'a appelé le président du Medef à l'occasion de sa conférence de presse. Un Comité « au nom beaucoup moins agressif » au sein duquel il s'affirme prêt à engager l'organisation patronale durant les cinq ans à venir. Un moratoire sur les contraintes pour les entreprises Sans surprise, le patron du Medef a souhaité voir…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également