Pour réussir, la réforme doit aller au bout de sa logique « d’autonomie de la volonté » (Jean-Marie Luttringer)

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 19 mai 2014.

Dans sa chronique du 11 mai 2014, le consultant Jean-Marie Luttringer explique comment la dernière réforme inscrit la formation professionnelle dans une logique « d’autonomie de la volonté », qui suppose juridiquement que l’homme est apte à faire « sa propre loi ». Ainsi, la mise en œuvre de l’entretien professionnel, du conseil en évolution professionnelle ou du compte personnel de formation, le CPF, concourent à affirmer le libre arbitre dans le choix du bénéficiaire de se former ou non. De son côté, la suppression d’une partie de l’obligation fiscale pour les entreprises les inscrit également dans cette démarche d’autonomie. « Ce principe est l’exact…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor