Réforme de la formation professionnelle : « Le tourbillon tient lieu de politique, sauf que le mouvement permanent c’est mieux en amour qu’en politique » (J-P Willems)

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 23 janvier 2012.

«Enchaîner les réformes sans prendre le temps de les penser, sans les structurer, sur la base d'un diagnostic hâtif et sans maîtrise technique, c'est produire des effets de rupture qui conduisent à une dégradation de l'efficacité des systèmes, ce qui génère immédiatement un nouveau diagnostic hâtif disant que si cela ne marche pas c'est que l'on a pas réformé suffisamment. Et l'on remet les sangsues jusqu'à épuisement total du malade pour constater une fois mort, qu'il aurait fallu mettre toutes les sangsues d'un seul coup pour que cela fasse effet. On en est là.» Tel est le diagnostic posé par…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Afnor