« Rétablir le 0,9 %? Pourquoi pas ? » (Annie David, sénatrice PCF)

Deux voix ont donc manqué pour que le projet de loi relatif à la formation professionnelle présenté à la commission des affaires sociales du Sénat soit adopté le 12 février (lire). Si les socialistes et apparentés se sont prononcés pour, l’UMP a voté contre et l’UDI fait le choix de l’abstention, la surprise est venue de la gauche du PS, puisque les élus CRC (communistes, républicain et citoyens) se sont aussi exprimés en faveur du refus d’un texte jugé « trop favorable aux patrons ».

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 14 février 2014. Mis à jour le 12 mars 2019.

En matière de formation professionnelle, c'est le financement du compte personnel de formation qui a motivé le refus des élus du groupe qui y perçoivent un cadeau fait au patronat. « Avec la suppression de la contribution mutualisée obligatoire des entreprises au plan de formation - 0,9 % de la masse salariale - ce sont près de 2,5 milliards d'euros qui disparaissent des fonds de la formation... Ces sommes auraient pu être maintenues pour financer le CPF. En l'état, ce n'est rien d'autre qu'une faveur faite aux grandes entreprises », indique au Quotidien de la formation jeudi 13 février Annie David, sénatrice communiste…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également