Sécurisation de l’emploi: la négociation dans l’impasse malgré le relatif consensus sur le compte personnel de formation

En dépit des désidératas gouvernementaux, la huitième séance de négociation sur la sécurisation de l’emploi des 19 et 20 décembre 2012 n’aura pas été la dernière. La faute aux discussions relatives à la limitation du recours des salariés aux Prud’hommes et à l’assouplissement des conditions de licenciement sur lesquelles la délégation patronale s’est montrée inflexible. A contrario, les mesures concernant la formation professionnelle auront suscité un – relatif – consensus chez les partenaires sociaux.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 21 décembre 2012. Mis à jour le 12 mars 2019.

La négociation aura patiné pendant deux jours et n'aura accouché d'aucune signature d'accord entre les partenaires sociaux. En ligne de mire, la taxation des contrats courts que le Medef aura qualifié « d'illusion ». En effet, aux yeux des instances patronales, l'assouplissement des règles de licenciement et la limitation du recours des salariés devant les Prud'hommes sont des conditions sine qua non de l'embauche au titre du CDI. « Le patronat se moque du monde ! » s'est emporté Stéphane Lardy, chef de file de la délégation FO au sortir des débats. « Cette focalisation du patronat sur la judiciarisation du droit du travail et…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également