« 2019, année d’exécution et d’amplification » (Muriel Pénicaud)

Lundi 14 janvier, au 127 rue de Grenelle, siège du ministère du Travail, Muriel Pénicaud présentait ses vœux aux acteurs économiques et sociaux. Sur fond de «~crise de l’exercice démocratique~», elle a souligné qu’en matière de formation professionnelle comme d’apprentissage, «~l’exécution~» se jouait maintenant.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 15 janvier 2019.

En 2018, Muriel Pénicaud avait saisi l'occasion de ses premiers vœux aux acteurs économiques et sociaux pour présenter l’ambition présidentielle~: bâtir un «~grand projet social~». Alors qu'Emmanuel Macron vient de présenter sa «~lettre aux Français~» pour lancer le Grand débat national, la ministre du Travail n’a pas caché une certaine «~crise de l’exercice démocratique~». Qui pourrait, selon elle, se résoudre par davantage d’ «~articulation~» entre démocratie «~représentative~», «~participative~» et «~sociale~». «~Trop de murs et pas assez de ponts~», a-t-elle regretté en citant Isaac Newton. Défendant un programme présidentiel «~venu du terrain~», elle inscrit les réformes conduites par son ministère dans…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters