Gurria

Rédigé par . Publié le 01 janvier 2006. Mis à jour le 11 mars 2019.

Le 30 novembre dernier, les trente pays membres de l’OCDE ont annoncé la nomination de l’ancien ministre des Affaires étrangères et des Finances mexicain, Angel Gurria, au poste de secrétaire général de l’Organisation, à partir du 1er juin 2006. Il succédera ainsi à Donald J. Johnston, qui prend sa retraite.

Angel Gurria, âgé de 55 ans, est économiste de formation. Il a consacré une grande partie de sa carrière au service public en tant que ministre des Affaires étrangères du Mexique, de décembre 1994 à janvier 1998, puis de ministre des Finances et du Budget de janvier 1998 à décembre 2000.

A présent, il est consultant et membre du conseil de direction auprès de plusieurs entreprises privées, d’institutions multilatérales et d’organismes à but non lucratif dans les domaines du développement, des finances internationales et de la mondialisation.

Avant de devenir ministre, Angel Gurria a participé aux négociations portant sur l’adhésion du Mexique à l’OCDE en 1994. Par la suite, en qualité de ministre, il a établi une relation étroite avec l’OCDE. Ainsi, il a supervisé les premières années consécutives à l’adhésion du Mexique et a présidé la réunion du conseil de l’OCDE au niveau des ministres en 1999.

à cette occasion, et selon ses recommandations, plusieurs pays non membres ont été invités pour la première fois à participer aux débats.

Son expérience des questions relatives à la dette et au développement lui a permis de promouvoir une coopération plus efficace entre pays en développement, ainsi que l’annulation de la dette des pays les plus pauvres. Il s’est, par ailleurs, fortement impliqué dans la recherche de solutions sur les problématiques de la mondialisation au niveau des Nations unies.

En tant que secrétaire général, Angel Gurria supervisera les travaux du secrétariat de l’OCDE, où deux mille économistes, avocats et autres personnes aident les gouvernements à suivre et répondre aux questions que les États et les entreprises se posent dans le domaine de l’économie, aussi bien sur le plan national que mondial.

M. Gurria devra, dans ses nouvelles fonctions, indique-t-on à l’OCDE, renforcer les activités de l’organisation, dans un contexte d’interdépendance économique accrue des États, aussi bien entre pays membres et non membres de l’OCDE.

Une tâche difficile, les intérêts de ces États étant souvent très divergents.

Renée David-Aeschlimann

Centre Inffo vous conseille également