pierre_gattaz_president_du_medef.jpg

« La formation tout au long de la vie, un impératif pour tous les Français » (Pierre Gattaz, Medef)

Lors de son point presse mensuel du 12 septembre, le Medef a réaffirmé par la voix de son président, Pierre Gattaz, son souhait d’une réforme en profondeur de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Rédigé par . Publié le 13 septembre 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

Hormis la question de la fiscalité des entreprises, c’est le sujet de la formation professionnelle et de l’apprentissage qui était à l’honneur lors de la conférence de presse mensuelle de l’organisation patronale.

Pierre Gattaz, a exprimé quatre convictions. Premièrement, « la formation tout au long de la vie est désormais un impératif pour tous les Français, quels que soient leurs métiers et leurs parcours ». Deuxièmement, cette nécessité est selon lui renforcée par le numérique, qui va « transformer substantiellement la plupart des métiers dans les années à venir ». Troisièmement, il existerait en France « un tropisme beaucoup trop prononcé envers l’excellence académique, au détriment de l’excellence technologique et professionnelle ». Quatrièmement, « l’apprentissage est une voie d’excellence et de réalisation » jusqu’ici mal déployée en France, alors même que les exemples de nos voisins européens, Suisse et Allemagne en tête, démontrent une corrélation entre proportion d’apprentis et taux de chômage des jeunes.

Pilotage défini par public

Aussi, et fort de ces quatre convictions, Pierre Gattaz se félicite de la perspective de la « réforme ambitieuse » à venir, estimant que « beaucoup reste à faire au-delà de la réforme menée en 2014 ». Déterminé à « participer au processus de concertation, dès qu’il sera lancé », le Medef entend plaider pour un système de formation professionnelle davantage tourné vers les besoins de l’économie et la lutte contre le chômage. Ce qui passe selon lui, premièrement, par une « réforme de la gouvernance », avec un pilotage défini par public : « les entreprises et les branches doivent piloter la formation des salariés et des jeunes, les administrations publiques la formation des fonctionnaires, l’État et les Régions la formation des demandeurs d’emploi ». Deuxièmement, le président du Medef appelle à créer un « système d’évaluation dynamique » de la qualité des formations, « selon des critères pertinents de résultats, et non de moyens consacrés ». Troisièmement, la réforme à venir devrait s’atteler à « simplifier » un système qui demeure trop complexe pour les salariés et les employeurs, tout en continuant à approfondir des pistes jugées intéressantes, comme le compte personnel de formation (CPF).

Au-delà de ces propositions, Pierre Gattaz évoque des actions concrètes du Medef en cours de réalisation. À commencer par Tomyjob, site internet de géolocalisation de l’offre et des besoins en apprentissage, qui devrait voir le jour début 2018, parallèlement à une refonte de l’observatoire du Medef Tendance Emploi Compétence (TEC), avec l’apparition d’un nouvel outil interactif dédié aux dynamiques d’emploi locales et aux évolutions métiers.

Centre Inffo vous conseille également