Les priorités de Bertrand Martinot, nouveau DGEFP

Dans un entretien accordé au Centre INFFO, Bertrand Martinot, [[Âgé de 40 ans, Bertrand Martinot est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, titulaire d’une licence de physique et diplômé de l’Éna. Il a occupé d’avril 2006 à mai 2007 le poste de chef du service des politiques de l’emploi et de la formation professionnelle à la DGEFP.Il était conseiller social du président de la République depuis juin 2007.]] nommé délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle le 17 septembre dernier en conseil des ministres, précise ses priorités concernant la formation et les évolutions de la DGEFP.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 13 octobre 2008.

“Il ne s’agit pas de remettre en cause l’Ani de 2003, mais de traiter les problèmes qui n’ont pas trouvé de réponse satisfaisante, en particulier les inégalités d’accès à la formation et la sécurisation des parcours. Le Dif est une réponse, mais elle n’est pas suffisante.” C’est l’objectif que le nouveau délégué assigne à la réforme de la formation. “Autre impensé de l’Ani 2003, relève-t-il, l’articulation des fonds de la formation professionnelle gérés par les partenaires sociaux, les Conseils régionaux et l’État.” Bertrand Martinot est optimiste sur l’aboutissement de la négociation, car “le terrain a été bien préparé”. Il insiste…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également