En Aquitaine, la Région, l’Etat et les conseils généraux unissent leurs efforts pour les jeunes des Missions locales

Par - Le 20 décembre 2010.

Le contrat d’objectifs et de moyens pour les jeunes en Aquitaine signé fin novembre est assez inédit, puisque tous les acteurs locaux et territoriaux se sont engagés à travailler ensemble pour améliorer la situation des jeunes aquitains pour la période 2010 – 2012. Le président de Région, le préfet et les cinq présidents des conseils généraux de Dordogne, de Lot et Garonne, des Landes, de Gironde et de Pyrénées atlantiques et le Réseau des Missions locales d’Aquitaine évoquent même un « Plan Jeunes régional » puisque 54 000 jeunes sont actuellement suivis par les Missions locales d’Aquitaine.

Si tous les acteurs ont des objectifs communs, ils ont aussi des objectifs correspondant à leur champ d’intervention. C’est ainsi que la Région, dont le champ d’intervention concerne la formation professionnelle et l’apprentissage, va répondre à des objectifs prioritaires en allouant 4 millions à ce contrat.

Pour développer un service AIO, « Cap Métiers bénéficiera d’un maillage très fin sur toute la Région » précise Catherine Veyssy, vice-présidente du Conseil régional en charge de la formation professionnelle. Pour favoriser l’accès à la formation et à la qualification, la Région va conforter le réseau deuxième chance en mettant en place une école régionale de la deuxième chance qui durera 10 mois, de septembre à juin, au cours desquels les périodes d’apprentissage seront accentuées. « Cette expérimentation, qui débutera à la rentrée 2011 sera lancée sur un territoire urbain et un territoire rural. Les structures sur lesquels sera implantée cette école régionale de la deuxième chance reste à déterminer » précise Catherine Veyssy.

Afin de sécuriser les parcours de formation, la Région va également faire appel à toutes les aides financières telles que le revenu social de formation, les aides au logement etc. « Nous travaillons également avec les bailleurs sociaux sur un projet qui permettrait aux jeunes d’obtenir une formation, une pré-qualification ou une qualification, un emploi et un logement, car nous avons sur notre territoire beaucoup de chantiers de renouvellement urbain », souligne la vice-présidente.

Pour optimiser l’accès à l’alternance, le dispositif prépa va être généralisé. Il permet aux jeunes de suivre un parcours d’apprentissage, c’est-à-dire être accompagnés par leur Mission locale dans la découverte d’un métier, jusqu’à la signature du contrat afin de trouver un maître d’apprentissage. « En un an, 300 parcours ont été réalisés dont 60 ont abouti à la signature d’un contrat fin septembre ». En outre, la Région multiplie les partenariats avec les entreprises. Par exemple Eiffage qui a engagé trente contrats de professionnalisation. Les personnes ont reçu en amont une formation avec des actions de remise à niveau. De même, l’entreprise PhotoSolar, qui va s’installer dans la Région et comptera 400 salariés, s’est engagée à prendre 20 contrats d’apprentissage.

Les engagements de l’Etat, des conseils généraux et des communes

L’Etat s’engage à soutenir les Missions locales et se porte garant de l’implication nécessaire de Pôle Emploi. L’Etat met également en œuvre ou reconduit des actions telles que le CIVIS, et il confie aux missions locales la prescription de contrats particuliers comme le « Contrat d’accompagnement à l’emploi – Passerelle (CAEP), la mise à disposition d’une plateforme bilan pour les jeunes terminant leur contrat afin de cerner leur projet professionnel etc. ».

Les conseils généraux veilleront quant à eux à jouer leur rôle sur l’insertion avec les dispositifs tels que le RSA, le FAJ, l’Aide sociale à l’enfance, des fonds de solidarité pour le logement et la mobilisation de centres de planification pour la santé.

Les communes et les communautés de communes favoriseront l’hébergement des services des Missions locales sur les territoires, l’organisation d’évènements locaux en lien avec l’insertion des jeunes, la mise en place d’un relais d’information sur les offres des Missions locales et la mobilisation de leurs outils concernant le transports, les lieux d’écoute et relais santé.

« Ce contrat d’objectif et de moyens a fait l’objet d’un long travail de négociation », conclut Catherine Veyssy.

Centre Inffo vous conseille également