Vers un e-portfolio tout au long de la vie

Par - Le 19 mars 2010.

Alors que le développement des modalités de communication à distance et des capacités de stockage de données en ligne questionnent les pratiques d’orientation, le colloque Inetop-Cnam [ 1 ]Colloque international « L’accompagnement à l’orientation aux différents âges de la vie – Quels modèles, dispositifs et pratiques ? », Paris, 17 au 19 mars 2010 s’interroge sur les possibilités de l’e-accompagnement à l’orientation.

Au centre des dispositifs en cours d’expérimentation, explique Pascale de Rozario, chercheur au laboratoire de sociologie Lise/Cnam, figurent les logiques de e-portoflio. Motivés par la politique de mobilité européenne -qui entraine le besoin de « de faire circuler et reconnaître tous les apprentissages, qu’ils soient formels, non-formels et/ou informels »– les portfolios sont de trois types, rappelle-t-elle : d’abord, le « modèle adéquationniste » dont l’objectif principal est de répondre au marché de l’emploi ou à l’offre de formation, ensuite le « modèle de communication » basé sur le récit de soi et, enfin, le « modèle d’orientation », qui vise au signalement de ses préférences en vue de l’élaboration d’un parcours automatisé.

« Le modèle adéquationniste domine et connaît aujourd’hui une recrudescence », commente-t-elle, « du fait d’un fantasme des conseils régionaux, des organismes de formation et même, des universités, sur l’appariement à l’emploi ou à la formation ». Avec pour conséquence selon elle un « rétrécissement » des pratiques qui « ramène tout le monde du conseil et de l’accompagnement vers l’adéquationnisme ».

Souhaitant « ne pas réduire le e-portfolio à ces pratiques finalisées », Pascale de Rozario pose comme enjeu la recherche d’ « un modèle d’apprentissage tout au long de la vie qui ne soit ni simplement un modèle d’adaptation de la personne, ni simplement un modèle ̋que pour soȉ », les deux ne permettant pas de se confronter avec la réalité.

D’où l’intérêt du modèle de « e-portfolio tout au long de la vie » porté par le Cnam et expérimenté dans 14 pays à travers deux projets européens de recherche-développement[ 2 ]Juvenes Mobile et Eportfolio & Europass. Dans ce modèle, une partie privée repose sur « l’analyse de l’expérience des personnes » et une autre s’attache à recueillir les « preuves de compétences ». L’analyse de l’expérience des personnes « permet de déduire des ressources pour la construction de soi et l’appariement à l’emploi, mais c’est la personne qui fait le choix à partir de son expérience », souligne-t-elle. Avec pour conséquence une évolution du rôle de l’accompagnant dont la mission est désormais d’apporter « un accompagnement méthodologique à apprendre cette méthode réflexive d’auto analyse », conclut Pascale de Rozario.

Colloque 2010 Inetop Cnam

Notes   [ + ]

1. Colloque international « L’accompagnement à l’orientation aux différents âges de la vie – Quels modèles, dispositifs et pratiques ? », Paris, 17 au 19 mars 2010
2. Juvenes Mobile et Eportfolio & Europass

Centre Inffo vous conseille également

Afnor