Les chambres des métiers et de l’artisanat proposent de fixer le salaire minimum légal de l’apprenti en fonction du diplôme

Un salaire minimum légal de l’apprenti déterminé en fonction du diplôme, des formations modularisées par briques de compétences et une partie des fonds «~hors quota~» de la taxe d’apprentissage [[La taxe d’apprentissage comporte trois fractions. Une fraction régionale de 51~%; une fraction «~quota~» de 26~% directement attribuée aux organismes gestionnaires de centres de formation d’apprentis (CFA) et de sections d’apprentissage~; une fraction «~hors quota~» de 23~% dédiée au financement des formations professionnelles et technologiques dispensées hors du cadre de l’apprentissage~]] réorientée vers les CFA, telles sont les mesures phares du livre blanc sur l’apprentissage présenté mercredi 6 décembre par l’Assemblée permanente des chambres des métiers et de l’artisanat (APCMA) à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 07 décembre 2017.

Alors que la concertation sur la réforme de l'apprentissage se poursuit aujourd'hui 7 décembre, l'APCMA a accueilli mercredi 6 décembre, à l'occasion de son assemblée générale, Muriel Pénicaud pour lui présenter ses propositions en matière d'apprentissage. «~Nous formons 37~% des 400~000 apprentis. Nous voulons jouer un rôle actif dans les changements~», déclare Bernard Stalter, président de l'APCMA. Le livre blanc reprend, mesures concrètes à l'appui, sept thématiques autour de l'adaptation des parcours d'apprentissage, la préparation des futurs apprentis, l'orientation, la rémunération, le financement, la valorisation des maîtres d'apprentissage et la simplification du cadre juridique. Modulariser les formations Afin de répondre…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters