« Nous avons essayé de reconstruire le système en partant des acteurs » (Antoine Foucher au RDV du droit)

Le gouvernement l’a souvent répété, la loi «~pour la liberté de choisir son avenir professionnel~» représente une «~révolution copernicienne~». Pour Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, l’assertion est totalement justifiée, notamment en ce qui concerne l’apprentissage. Il a expliqué pourquoi lors du rendez-vous du droit organisé mardi 25 septembre à Paris par Centre Inffo.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 26 septembre 2018.

Si «~révolution copernicienne~» il y a, le directeur de cabinet de la ministre du Travail la voit dans la volonté du gouvernement de reconstruire le système en partant des acteurs. Un objectif qui, reconnaît-il se traduit avant tout dans le volet apprentissage. Car ce sont désormais l’État, les conseils régionaux et les futurs opérateurs de compétences qui vont devoir s’adapter aux contraintes des jeunes et des entreprises, plutôt que le contraire. 4 piliers Quatre piliers illustrent cette promesse. Le premier s’incarne dans la volonté de mettre fin à une certaine «~opacité de l’orientation~» : d’ici 2020/2021, l’ensemble des CFA et…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia