Poyet

Par - Le 27 février 2007.

Unfiormation, l’Opca de l’économie sociale, a désigné le 6 février dernier à sa présidence Yann Poyet (CGT-FO), qui succède ainsi à Emmanuel Verny (du collège employeurs) pour 2007 et 2008. Cette désignation a eu lieu sur proposition de chacun des collèges, conformément au principe de l’alternance des collèges employeurs et salariés.

Yann Poyet, 52 ans, et administrateur d’Uniformation depuis 1993 en tant que représentant du Snepap-FO est président de la Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation (CPNEF) du secteur de l’animation, membre des PNEF des foyers et services de jeunes travailleurs (FSJT), du golf, du sport et du tourisme social et familial. Il a par ailleurs assuré les mandats de trésorier adjoint 2002-2003 et de vice-président d’Uniformation au cours des deux dernières années.

La mission de ce nouveau président sera incontestablement de clarifier ses assises de collecte, après le départ de l’essentiel des adhérents du secteur sanitaire et social. “Il faudra faire progresser la collecte, explique Yann Poyet, tant au plan quantitatif que qualitatif et faire en sorte que les fonds soient utilisés sur l’année où ils ont été débloqués.”
Des réajustements sont en vue du côté du contrat de professionnalisation, dont la mise en œuvre s’avère difficile dans certains secteurs, entraînant le reversement de sommes importantes au Fup.
“Nous allons porter le taux horaire à 18 euros de l’heure, pour encourager ce contrat”, annonce le président d’Uniformation.

Conscient du fort enjeu de développement de l’emploi dans le secteur des services à la personne, Uniformation regrette cependant que “les conditions d’emploi et de rémunération fassent qu’une fois qualifié, le personnel s’en va”.
S’agissant de VAE dans ce secteur employant nombre de personnes peu qualifiées, Uniformation a souhaité aller bien au-delà du financement légal des heures d’accompagnement (24 heures), en les portant à 72 heures.

Quant au congé individuel de formation, qui pèse lourd dans les finances de l’Opca, des cofinancements sont proposés aux branches. “Ainsi, dans l’animation, nous avons obtenu une quarantaine de départs annuels en plus grâce à un cofinancement de branche s’élevant à 600 000 euros”, se félicite Yann Poyet, qui annonce par ailleurs la signature par cette même branche d’un accord Dif, ce 19 février.

Renée David-Aeschlimann

Centre Inffo vous conseille également