620837153.jpg

La nouvelle recommandation sur le cadre européen des certifications met l’accent sur la qualité

Quelles sont les nouveautés apparues dans la nouvelle recommandation du Conseil de l’Union européenne, sur le cadre européen des certifications (CEC, voir notre article) publiée le 15 juin ? Brigitte Bouquet, en charge du dossier à la CNCP [[Commission nationale de la certification professionnelle.]], nous livre son éclairage. Au menu : la qualité, mais aussi les unités capitalisables, les liens entre les mondes de l’emploi et de la formation, les qualifications internationales…

Par - Le 21 juin 2017.

Abordée à plusieurs reprises, la question de la qualité occupe une place prépondérante dans la nouvelle recommandation. Est ainsi premièrement envisagée, la « possibilité de créer un répertoire consacré aux organismes qui contrôlent les systèmes d’assurance qualité applicables aux certifications ». Surtout, l’annexe IV détaille les principes d’assurance qualité des certifications qui s’inscrivent dans les cadres ou systèmes nationaux de certification et qui sont mises en correspondance avec le CEC, « ce qui n’existait pas auparavant », souligne Brigitte Bouquet. Une préoccupation nouvelle qui se retrouve également à l’annexe III, qui « officialise les procédures du référencement des cadres nationaux au CEC ».

Unités capitalisables

Deuxième élément nouveau : la montée en puissance du principe des unités capitalisables et systèmes de points. Pour Brigitte Bouquet, c’est là l’influence des pays anglo-saxons mais aussi le fait que « la Commission est persuadée que les unités capitalisables sont un facteur très positif pour la formation tout au long de la vie et la validation des acquis ». Une appréciation très modérément partagée par la France, qui met en avant son système de validation des acquis de l’expérience, et se montre prudente quant aux « liens entre les systèmes de crédit et l’efficience de la formation tout au long de la vie », commente la rapporteure générale de la CNCP.

Classification européenne

Troisième nouveauté : l’émergence d’une classification européenne des aptitudes, compétences, certifications et professions (Esco), qui vise à relier les mondes de l’emploi et de la formation. En cours de développement, cette classification est déjà opérationnelle sur le volet emploi dans le cadre du Portail européen sur la mobilité de l’emploi Eures mais, précise Brigitte Bouquet, il reste à travailler la partie formation.

Comparaison avec les pays tiers

Parmi les autres évolutions, on peut notamment signaler le développement des qualifications internationales, qui font désormais l’objet d’une recommandation à part entière, ainsi que l’apparition de la problématique des pays tiers. Ceci, en lien avec le développement des migrations et l’augmentation des flux de réfugiés, qui appelle à renforcer les possibilités de comparaison entre cadres nationaux et régionaux des certifications des pays tiers avec le CEC.

  • Recommandation du Conseil du 22 mai 2017 concernant le cadre européen des certifications pour l’apprentissage tout au long de la vie et annulant la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2008 établissant le cadre européen des certifications pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, ’’Journal officiel de l’Union européenne’’ du 15 juin 2017 : PDF – 606 ko

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters