Inffo formation n° 1021 – 50 ans après les lois Delors, les deux chantiers-clés : individualisation et qualité

L’individualisation de la formation (aussi bien la capacité individuelle de décision sur le choix d’une formation que l’adaptation pédagogique au parcours de chacun) et la qualité des prestations pédagogiques apparaissent, cinquante ans après, comme les angles morts des quatre lois Delors de 1971. Depuis, et particulièrement avec la réforme de 2018, individualisation et qualité sont au cœur de l’adaptation du modèle français de formation professionnelle. Mais elles restent encore en construction. Comment trouver le bon niveau d’individualisation de la décision, du choix, alors que le financement est collectif ? Comment créer un processus d’amélioration permanente de la qualité des prestations pédagogiques, dépassant le simple constat à un moment donné ?

Article réservé aux abonnés d'Inffo formation

Par - Le 29 novembre 2021.

“Le parcours favorise l’individualisation”, souligne Jean-Marie Luttringer, consultant et ancienne figure de Centre Inffo – au mitan des années 70, aux grands débuts du système français de FPC. Nous l’avons interrogé dans le cadre de notre dossier (voir en pages 9 à 14) consacré aux deux thématiques-clés qui ressortent de la réforme actuellement en œuvre : l’individualisation et la qualité. Ce numéro accompagne nos journées “50 ans d’engagement pour la formation professionnelle... et demain ?”, organisées ces 30 novembre et 1er décembre 2021. Également disponible, en PDF téléchargeable : un hors-série exceptionnel de 64 pages, regroupant les analyses de 27 spécialistes interrogés à l’occasion de cet…

— Article réservé aux abonnés d'Inffo formation —

Centre Inffo vous conseille également