Le  CNFPT rejette les propositions du rapport parlementaire sur la formation des agents territoriaux

Le conseil d’administration du Centre national de la fonction publique territoriale, réuni le 27 mars 2019, a officiellement rejeté les propositions du rapport sur la « formation et gestion des carrières des agents territoriaux »

Par - Le 28 mars 2019.

« Le conseil d’administration du CNFPT [ 1 ]Centre national de la fonction publique territoriale, réuni le 27 mars 2019, rappelle formellement et de façon unanime, son désaccord avec une analyse tronquée de l’environnement territorial qui amène à formuler des propositions contraires aux besoins des employeurs publics locaux et de leurs agents. » indique la motion votée lors de cette réunion au sujet du rapport sur la « formation et gestion des carrières des agents territoriaux » remis par le député Jacques Savatier et le sénateur Arnaud de Belenet (tous les deux LREM) le 12 février dernier au Premier ministre. Elle confirme l’analyse faite par Laurent Trijoulet du CNFPT, pour le Quotidien de la formation le 25 février dernier.

Épic

Ce rapport préconise notamment un changement de statut du CNFPT en Épic (établissement public à caractère industriel et commercial) permettant de développer des activités au-delà des missions de  service public, la création d’une « organisation représentative des employeurs publics territoriaux » qui devrait notamment  « assurer le financement des missions de base du CNFPT et des CDG [ 2 ]Centres de gestion». Le rapport suggère aussi de « favoriser les fusions » de CDG, et propose la création d’une cotisation unique permettant de financer à la fois le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, les missions de service public du CNFPT et du socle universel des CDG.

Complexification, alourdissement

Des mesures de nature à « complexifier l’environnement et à le rendre moins lisible » selon la motion, tout comme elle déplore la recommandation menant à  « une privatisation du service public de la formation professionnelle des agents territoriaux ». Selon les administrateurs, le nouvel établissement (Orept)  « positionné comme structure tutélaire des CDG et du CNFPT, alourdirait leur pilotage, en contradiction avec l’agilité que les collectivités attendent du CNFPT. Elle implique, par ailleurs, la fin de la gouvernance paritaire du CNFPT ».

Le conseil d’administration réaffirme « son engagement pour un service public de la formation professionnelle paritaire, mutualisé et mutualisateur, national et déconcentré, au service de l’égalité d’accès à la formation, au bénéfice des employeurs publics locaux d’hexagone et des outremers comme des agents territoriaux, quels que soient leur grade, leurs fonctions et leur territoire. » conclut la motion

 

Notes   [ + ]

1. Centre national de la fonction publique territoriale
2. Centres de gestion

Centre Inffo vous conseille également

Afnor